Infos

Premiers registres en ligne pour l'Île Maurice

Les Archives nationales de l'Île Maurice commencent à mettre en ligne les premiers documents numérisés sur leur portail Internet. La numérisation est entreprise d'une manière progressive, actuellement, 526.447 pages, soit environ 1.700 volumes de documents sont accessibles en ligne. Il s'agit notamment de registres d'état civil de 9 paroisses et communes : Port Louis (1721-1810), Pamplemousses (1743-1810), Rivière du Rempart et Poudre d’or (1793-1810), Flacq et Trois-Ilots (1770-1810), Moka (1770-1810), Plaines Wilhems (1790-1810), Grand Port (1728-1810), Savanne (1793-1810) et enfin, Rivière Noire (1793-1810). A cela s'ajoutent des recensements de 1796 à 1839 et d'autres documents dont il est à l'heure actuelle difficile de dire s'ils sont présents par leur mention dans l'inventaire ou réellement numérisés.

Car les Archives nationales de l'Île Maurice débutent sur le Web et leur portail est en version de test.Ceci explique cela, notamment l'incroyable complexité de l'accès aux registres ! Pré-requis indispensable, utiliser exclusivement un PC (cela ne marche pas avec les Mac), de préférence avec Firefox comme navigateur. Ensuite, il faut s'inscrire en ligne et attendre la validation "sous deux jours ouvrés" de la part du service d'Etat. Seuls les inscrits et connectés par un login et un mot de passe peuvent consulter les documents numérisés. Enfin, une fois connectés, il faut chercher où se trouvent cachés les documents numérisés : ils sont blottis dans une application dédiée nommée "Gargantua", accessible en cliquant sur "Data Research".

Petite précision, le passé de l'Île Maurice est certes français en grande partie et cela se voit dans ses archives, néanmoins, la langue officielle est l'anglais et il n'y a pas de traduction du portail. Une fois sur cette application "Gargantua", faites simplement dérouler le contenu des dossiers en cliquant sur le signe +, jusqu'à obtenir les registres paroissiaux et d'état civil, puis la liste des paroisses et communes et enfin, les dates. Une fois ce niveau atteint, normalement, la colonne de droite doit afficher l'intitulé des fichiers. Dernière astuce (et nous avons langui quelques minutes avant de trouver) : pour afficher le contenu des fichiers, c'est à dire pour regarder les images des registres, cliquez sur le nom du fichier. Au survol de la souris, le texte se surligne et en un clic, la visionneuse s'ouvre toujours dans la partie droite.

Certes, ce portail souffre d'une assez grande complexité de conception et d'utilisation. Certes, la connexion est lente et parfois se rompt. Mais il faut garder à l'esprit que ce n'est qu'un ballon d'essai et que pour l'instant, il n'y a rien d'autre à se mettre sous la dent, même pas sur le portail des archives d'Outre-Mer. Sur celui-ci, les seuls registres de l'Océan Indien sont ceux de l'Île de Mayotte, toute proche (ceux de la Réunion n'y sont pas), qui a eu la bonne idée généalogique de rester sous giron français et même de devenir le 101e département tout récemment en 2011 !

Lien

Commentaires