Infos

Privé de subvention, le centre de Guebwiller se cherche un avenir

La claque a été finalement plus violente que prévu. Le Centre départemental d'histoire des familles de Guebwiller ne recevra aucune subvention en 2016. Ainsi en a décidé le département du Haut-Rhin, comme est venu l'annoncer hier aux cinq salariés, le nouveau président du Conseil départemental Eric Straumann. Le Haut-Rhin met ainsi fin à une politique active de soutien à cette structure généalogique originale.

Le CDHF a été créé en 1991 avec cinq personnes en équivalent temps-plein, pour accueillir les généalogistes sur 450 m2 dans des locaux entièrement dédiés à la recherche d'ancêtres. Outre l'accueil et le conseil d'experts, les visiteurs (qui payent une petite contribution) peuvent consulter un double de l'état civil, des bases de données, une bibliothèque spécialisée de 10.000 livres. Un centre sans équivalent en France, cette originalité faisait sans doute sa force, mais aussi sa faiblesse comme le souligne un article du journal l'Alsace paru ce jour. Avec la mise en ligne de l'état civil du Haut-Rhin (mais sans les registres paroissiaux) par les archives du département, la fréquentation était certes en baisse, mais le CDHF jouait aussi un rôle social en accueillant chaque année des centaines de visiteurs aux motivations variées.

A Guebwiller, on est comme sonné par la nouvelle : "L'avenir était sombre, puisque depuis 2011, notre subvention publique se réduisait comme peau de chagrin, on s'attendait à une nouvelle baisse, puisqu'on recevait environ 25.000 euros en moins chaque année, mais pas à une suppression pure et simple", regrette la directrice Doris Kasser-Freytag. Le CDHF va donc devoir se réinventer, sans salarié pour accueillir les généalogistes : "Privés de cette subvention, nous ne pouvons hélas continuer à employer 5 personnes en équivalent temps-plein, puisque notre autofinancement est de l'ordre de 15 à 20%".

A Guebwiller, le CDHF traverse donc la crise la plus grave de son histoire, mais veut rester créatif, à la recherche de solutions pour poursuivre cette aventure, sans doute sous une autre forme. "On peut imaginer une reprise par l'association des Amis du CDHF, mais celle-ci n'a évidemment pas de moyens financiers actuellement pour faire fonctionner le centre, même sous une forme minimale". Aussi, il est lancé un appel aux dons pour faire vivre ce lieu d'accueil dans une région très touristique pour permettre aux familles de venir dans un but généalogique et de loisir.

Lien :

A lire :

Commentaires