Infos

Qui sont les hommes inscrits sur l’Anneau de la mémoire ?

579.606 noms apparaissent sur l’Anneau de la mémoire du Mémorial international de Notre-Dame-de-Lorette, inauguré le 11 novembre 2014 dans le Nord-Pas-de-Calais.

Vous nous avez interrogé sur l’origine et l’histoire de ces hommes, au delà de leur seul nom, classés volontairement par ordre alphabétique sans distinction de nationalité ni de grade, pour montrer leur commune destinée dans la mort. Voici quelques éléments de réponse.

Qui sont-ils ? Comment se répartissent-il en terme de nationalité ?

  • 294.000 appartiennent au Commonwealth (dont 241.214 Anglais, Écossais, Gallois, Irlandais). Les autres sont Canadiens, Sud-Africains, Indiens, Australiens, Néo- Zélandais.

  • 173.876 sont allemands et inhumés dans les cimetières militaires du Nord et du Pas-de-Calais, dans des tombes individuelles et dans des fosses communes. Cette liste ne comprend cependant pas les disparus en raison de la destruction d’une partie des archives du VDK pendant la Seconde Guerre mondiale.

  • 106.012 sont français ou appartiennent à l’Empire colonial français, qui comprenait alors des Nord-Africains, des Sénégalais, ainsi que les combattants de la Légion étrangère (originaires d’une vingtaine de pays différents). Si ce nombre est relativement faible cela s’explique par le fait que l’armée française a largement quitté le front d’Artois dès mars 1916 pour gagner Verdun où les attaques s’intensifiaient.

  • 2.326 sont belges

  • 2.266 sont portugais

  • 1.160 sont russes

D’après quelles sources la liste de ces noms a-t-elle été établie ?

La liste des noms figurant sur l’anneau de la mémoire a été constituée à partir de trois grandes bases de données :

  • La Commonwealth War Graves Commission pour tous les soldats de l’Empire britannique morts sur le territoire du Nord-Pas-de-Calais.

  • Le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge pour les morts allemands.

  • Les Archives du ministère français de la Défense ont quant à eux dû être dépouillées par une équipe de quatre personnes pour isoler les noms de ceux qui ont péri dans la région.

Ces listes ont ensuite été recoupées et complétées par différents fonds de taille plus réduite, fournies par divers autres partenaires.

Peut-on retrouver cette liste sur internet ?

Où sont enterrés ces hommes ?

42.000 soldats ont été inhumés dans la nécropole de Notre-Dame-de-Lorette. Seuls ceux morts dans le Nord-Pas-de Calais sont cités sur l’anneau. La plupart des autres morts français de la région sont enterrés dans différentes nécropoles voisines, comme la Targette à Neuville-Saint-Vaast…

Les noms de soldats et gradés britanniques se retrouvent quant à eux dans plus de 800 cimetières. Parmi les plus grands, citons le Cabaret rouge, à Souchez, mais aussi d’émouvants petits cimetières, perdus dans les champs de blé ou dans les lacis du bocage, comme Le Trou Aid Post, à Fleurbaix.

Les morts allemands sont eux aussi disséminés dans un grand nombre de cimetières. Parmi eux les immenses nécropoles de La Maison blanche, à Neuville-Saint-Vaast – le plus grand cimetière allemand de France avec ses 45.000 tombes ou celui de Saint- Laurent-Blangy, au centre duquel se trouve une gigantesque fosse commune qui recueille les corps de plus de 24.000 combattants.

Est-il prévu de retracer la biographie de chacun de ces hommes ?

Ce sera sans doute impossible. Il est néanmoins prévu de consacrer une "salle de mémoire" au Centre d'Interprétation de Souchez pour donner au public accès à des bases de données contenant des informations individuelles plus ou moins précises (selon les sources dont les organisateurs disposeront) sur un nombre encore non défini de soldats dont le nom apparaît sur l’anneau de la mémoire.

Lire aussi :

[MAJ 19/11/2014 : Correction du nombre de soldats du Commonwealth et ajout des références à l'application mobile et à la liste mise en ligne par Wéo]

Commentaires