Infos

Une pétition pour laisser les archives ouvertes... aux étudiants et chercheurs

Avec le nouveau confinement, les services d'archives ont à nouveau fermé leurs portes, faisant partie des services accueillant du public et ne figurant pas dans la liste des exceptions publiées par le gouvernement. Une position que regrettent évidemment les généalogistes, tout en la comprenant. La recherche d'ancêtre est un loisir, vos aïeux peuvent encore attendre quelques semaines avant que vous ne puissiez à nouveau mener vos enquêtes dans les services d'archives...

En revanche, du côté des universitaires, la pilule a du mal à passer. Alors que les bibliothèques universitaires sont ouvertes sur rendez-vous et dans le respect d'une jauge, les archives sont fermées elles à tout public sans exception. Il y a une grande incompréhension à cette fermeture totale, car le gouvernement précise que "Les activités de recherche également se poursuivent en télétravail quand c'est possible, mais également en présentiel quand cela ne l'est pas". Comment les historiens chercheurs pourraient-ils faire du présentiel alors que les services d'archives leurs sont fermés ? 

Pour le professeur Laurent Coste, c'en est trop. "Le premier confinement, avec la fermeture brutale des archives communales, départementales, nationales avait déjà fortement perturbé le travail des étudiants de master, des doctorants, des chercheurs et des enseignants-chercheurs, en particulier dans les Sciences humaines : l'histoire, l'histoire de l'art, la littérature, etc. Certains étudiants, découragés, ont même abandonné leur projet. Depuis, des protocoles très stricts avaient permis, avec des règles sanitaires efficaces, d’accueillir les chercheurs dans les services concernés. La nouvelle fermeture est intolérable, car la recherche en archives est une composante essentielle de la formation et du travail des chercheurs. Il n’y a pas de possibilité de télé-travail dans ce domaine", explique t-il dans une pétition "Laissez accessibles les archives aux étudiants et aux chercheurs !", mise en ligne sur le site Change.org.

La pétition demande aux ministères, conseils départementaux, conseils municipaux de laisser ouverts les services d’archives dans le respect des règles sanitaires en vigueur, déjà beaucoup plus strictes que dans d'autres lieux publics. 

Liens utiles

Commentaires

1 commentaire
  • Portrait de corentin

    Et donc ? Voici un appel à pétition pour les étudiants et les chercheurs, avec en préambule, cette précision, tout à fait juste "La recherche d'ancêtre est un loisir, vos aïeux peuvent encore attendre quelques semaines avant que vous ne puissiez à nouveau mener vos enquêtes dans les services d'archives". Donc, en quoi sommes-nous concernés ? On dirait un bibliothèque qui vous refuse l'accès à un document au principe qu'on ne fait pas partie d'une institution, c'est-à-dire d'une université, et qui après, sans vergogne, vous adresse un bulletin pour un financement participatif pour telle ou telle action !

Cela peut vous intéresser