Infos

Vous aimez les archives de Roscoff ? Téléchargez les !

Le site des archives communales de Roscoff ne s'embarrasse pas de solutions complexes et onéreuses de visualisation. Vous aimez les archives de Roscoff ? On vous propose de les télécharger ! Sur la page consultation des archives, Roscoff vous indique deux choix : venez nous voir en salle de lecture ou bien, visualisez nos archives à partir du site Web. Laconique, la page Internet se contente d'indiquer deux liens : l'un pour télécharger le cadre de classement des archives pour les fonds anciens et contemporains. Ce fichier PDF se révèle indispensable pour quiconque veut aller plus loin dans le téléchargement. Il permet notamment de comprendre où se trouvent les archives numérisées souhaitées. L'autre lien est tout simplement une adresse FTP.

Ce lien FTP est livré sans explication, mais les connaisseurs savent qu'un navigateur Internet n'est pas adapté et qu'il faut utiliser un logiciel spécifique -par exemple Filezilla qui est gratuit. Muni de cet outil, vous pouvez explorer l'intégralité des répertoires du site d'archives. Ces répertoires reproduisent fidèlement le cadre de classement que vous avez téléchargé précédemment. Une fois dirigé vers le bon répertoire, vous pouvez en télécharger le contenu intégralement.

Vous souhaitez par exemple consulter les registres paroissiaux de 1765 ? Dans le répertoire Registres paroissiaux - 1GG1 > 1GG1_4 B M S 1670_1793 > , téléchargez l'intégralité du dossier 1763-1772, avec toutes les images ! Une fois le dossier de 328 images sur votre ordinateur, feuilletez les actes en format .jpg. La solution est radicale, mais efficace. Vous prenez un peu de temps pour télécharger le dossier, cela peut prendre plusieurs minutes, voire dizaines de minutes en fonction de votre connexion Internet. Mais une fois sur votre ordinateur, les actes peuvent être feuilletés sans délai d'affichage.

En explorant rapidement les répertoires, nous avons décelé la présence de l'intégralité des registres paroissiaux et d'état civil depuis 1551 et jusqu'à 1910. D'autres sources sont elles aussi numérisées : les cahiers de délibération du Conseil Municipal (sous-série 1D1), les arrêtés du maire (2D1 et 2D2), culte catholique, comptes de fabrique (1P1), tout le cadastre au complet avec plan, état de section, contributions (1G) ainsi que les fonds anciens de l'Hospice (2GG). Pour ne pas occuper trop de bande passante, la consultation est limitée à 10 internautes simultanément.

Et si Roscoff avait inauguré une forme nouvelle de l'open data, le "totally open data" ?

Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter

Commentaires