Enfant enregistré et baptisé avant l'abandon - Alès, 1838 (1commentaires )

Auteur Message ‹ Retour au sommaire

Frédéric Ives

Posté le 22 Janvier 2019 à 22h33

Bonsoir, Tout d'abord une bonne année 2019 ! Et un grand merci par avance de l'aide que vous pourrez m'apporter. ' Je me trouve bloqué en 1838 dans mon arbre généalogique suite à l'abandon de mon ancêtre Pierre Ives à l'hospice d'Alès. Je bute sur cet écueil depuis longtemps déjà et j'espérais que vous auriez quelques pistes. Le fait est qu'il a été abandonné accompagné d'un petit mot "Pierre né le 16 mai à 6 heures du matin, enregistré et baptisé le 17." c'est à dire deux jours avant d'être déposé à l'hospice, me donne un peu d'espoir quant à retrouver ses parents biologiques. Voici l'intégralité de l'acte d'état civil: L'an mille huit cent trente huit, le dix neuf mai à 10 heures du matin, parvenant Louis Larguier adjoint à la mairie d'Alais officier public de l'état civil par délégation, on comparu sieur Pierre Blanc infirmier à l'hospice de cette ville, agé de septante sept ans, lequel nous a déclaré que le matin à une heure il a été trouvé exposé dans le tiroir placé près de la porte principale du dit hospice un enfant tel qu'il nous le présente, portant un bonnet d'indien fond jaune, un mauvais lange, une mauvaise couverture de mousseline couleur violette, ayant au cou une petite chaîne d'argent et le billet ci-joint. "Pierre né le 16 mai à 6 heures du matin, enregistré et baptisé le 17." Après avoir visité le dit enfant, nous avons reconnu qu'il était du sexe masculin, qu'il paraissait âgé de 3 jours et qu'il n'avait aucune marque ni indice à le faire reconnaître de suite, nous l'avons inscrit sous les noms de Ives Pierre, avons ordonné qu'il fut remis à madame la supérieure du dit hospice et de ce fait avons réglé le présent procès verbal en présence de sieurs Pierre Paul Casimir Nogaret employé à cette mairie âgé de vingt sept ans et Anselme Auguste Ducros, propriétaire âgé de vingt neuf ans, habitant Alais, qui ont signé avec nous après lecture le dit Blanc a déclaré ne savoir le faire de ce requit. Ai-je raison de penser qu'il a donc été reconnu par ses parents (ou l'un d'eux) et enregistré à l'état civil ainsi que baptisé avant d'être abandonné deux jours plus tard ? Me trompe-je en pensant que enregistré signifie dans ce cas là à l'état civil ? Ce qui voudrait dire que quelque part dans les communes avoisinantes d'Alès se trouve un acte d'état civil d'un enfant prénommé Pierre enregistré le 17 mai 1838. Concernant l'acte de baptême, je n'ai malheureusement pas encore réussi à y mettre la main dessus. L'évêché du Gard m'a répondu qu'ils n'avaient pas les registres de baptêmes de l'année 1838... Peut-être devrais-je essayer du côté des protestants ? Avez-vous d'autres pistes ? En vous remerciant par avance, Frédéric

Corinne

Posté le 30 Janvier 2019 à 18h20

Bonsoir Frédéric, Je suis d'accord avec vous. Pour moi "enregistré et baptisé le 17" signifie que l'enfant a été enregistré dans l'état-civil d'une commune et baptisé dans l'une des paroisses concernées. Cependant, "enregistré" ne veut pas dire "reconnu" dans le sens du code civil. Voir cet article : http://www.geneafrance.org/rubrique.php?page=naturel C'est peut-être le grand-père qui a déclaré la naissance de l'enfant avec un voisin pour témoin. Vous devriez donc trouver un acte de naissance à la date du 17/05/1838 pour un enfant prénommé Pierre... Cela présume plusieurs heures de recherches, ne connaissant ni la commune, ni le nom de famille... de plus, les AD du Gard n'ont toujours pas mis en ligne l'état-civil ! Peut-être pouvez-vous vous rapprocher d'une association généalogique de ce département qui aurait dépouillé toutes les naissances. Je ne vois malheureusement pas d'autre piste. Bon courage et bonne soirée. Corinne

Plan du site La Revue française de Généalogie