Noms de famille

Bouteille

Ce patronyme nous met en présence d’un ancien surnoms de verrier ou de marchand de bouteilles ou, exceptionnellement le surnom d’un « bouteiller », l’officier chargé des boissons à la cour des rois de France. Du latin buticula, « récipient contenant des liquides » qui a donné l’ancien français botele, « bouteille ». Au début du Moyen âge, on utilisait des bouteilles en cuir, en étain, en argent, en jaspe. Le verre s’est imposé peu à peu pour ses qualités hygiéniques et de son faible coût relatif. À partir du XVe siècle, les rois de France protégeaient les verriers et autorisaient même les gentilshommes à exercer ce métier sans déchoir de leur rang. L’anecdote : « Autrefois quand un gentilhomme voulait boire, il faisait signe à un valet qui prenait un verre sur le buffet, le remplissait, lui présentait sur une assiette et attendait qu’il fut vidé pour le poser là où il l’avait pris ». Dans un petit nombre de cas, des noms de lieux-dits pourraient également expliquer l’ori
gine de ces patronymes. Des « Bouteille », « Les Bouteilles », « La Bouteille » qui se comptent par dizaines, pratiquement partout en France, de botela au XVIe siècle, dans le sens de « ruisseau à faible débit », de l’occitan bota, « tonneau » et du diminutif ella. Fréquence et localisation : le patronyme Bouteille comptait 800 naissances en France entre 1966 et 1990. Il se montrait présent dans le Rhône, la Loire, le Nord à la fin du XIXe siècle, départements auxquels il faut ajouter les Bouches-du-Rhône et la région Ile-de-France à la fin du XXe siècle. Formes patronymiques proches : Bouteiller, 1 630 foyers en France bien présent en Normandie ; de Bouteiller, 10 foyers en France, Nord, Ain ; Bouteillon, 80 foyers en France, Rhône-Alpes ; Bouteillier, 70 foyers en France, Doubs, Oise ; Bouteilly, 40 foyers en France, Loiret ; Bouteilloux, 25 foyers en France, Haute-Vienne ; Bouteil, 20 foyers en France, Dordogne, etc.

Variantes
Bouteiller
de Bouteiller
Bouteillon
Bouteillier
Bouteilly
Bouteilloux
Bouteil
Départements/pays associés à ce nom
Rhône (69), Loire (42), Nord (59), Bouches-du-Rhône (13)

Nos dossiers associés aux noms de famille

Abonnés
Les noms de famille des Québécois de souche ont été introduits par les immigrants venus principalement de France aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Si le fait de situer un nom de famille sur une carte peut se concevoir comme première approche de la quête des origines, cette démarche peut aussi se révéler comme une clé pour débloquer une recherche. Voici un tour d’horizon des sites Internet à interroger, avec leurs points forts et leurs limites.
Depuis 2016, la procédure de rectification administrative permet de faire corriger une erreur matérielle simple, par exemple, un accent manquant, une lettre en trop, un prénom mal orthographié, directement par l'officier d'état civil du lieu où l'acte a été dressé.
S’il est possible de changer de nom de famille pour un motif légitime, il est également possible de le faire rectifier. Cette modification peut être faite directement par l'officier d'état civil. Pour les rectifications plus complexes, c'est le procureur de la République qui intervient.
En principe, on ne peut donc pas changer de nom de famille, sauf si on invoque un motif légitime. Et dans ce domaine, la définition est assez ouverte. La procédure est réglementée et se déroule en deux étapes distinctes.
Lorsque vous avez effectué une recherche sur Filae, vous pouvez utiliser différents filtres à partir de la page de résultats. Pour le patronyme, notamment, vous trouverez ces filtres dans le menu déroulant situé sous la rubrique « Nom » dans la barre d’outils de l’onglet « Résultats ».