Noms de famille

Poissonnet

Nous sommes en présence d’un ancien surnom de pêcheur ou de marchand de poisson, du latin pecis qui a donné l’ancien français pisson, « poisson », comme dans cet extrait : « Si les mois ne sont errez (s’ils ne sont pas en ‘r’), le pisson ne mangerez...» (XVIe siècle).

Fréquence et localisation : le patronyme Poissonnet compte 230 foyers en France de nos jours. Il se montrait présent en Vendée, dans le Loiret à la fin du XIXe siècle, départements auxquels il faut ajouter l’Allier, la Saône-et-Loire, la Charente-Maritime et l’ensemble de la région Ile-de-France à la fin du XXe siècle.

Formes patronymiques proches : Poissenot, 175 foyers en France, Aube, Vosges, Côte-d’Or ; Poissonnier, 480 foyers en France, Nord, Vosges, Paris, etc. Pour mémoire Poisson, 3 540 foyers en France, est présent à Paris, dans le Loiret, la Seine-Maritime, la Manche, la Sarthe, etc.

Dans le sud de la France : Peisson, 35 foyers en France, Provence ; Peysson, 385 foyers en France, Drôme, Ain, Isère ; Peyssou, Tarn, Haute-Garonne ; Peix, 190 foyers en France, Haute- Vienne, Creuse, Pyrénées-Orientales ; Peyssonneaux, 25 foyers en France, Loire etc.

Autres anciens surnoms en relation avec les poissons devenus noms de famille :

  • Goujon, 2 650 foyers en France, présent en Saône-et-Loire, dans le Maine-et-Loire, en Seine-Maritime, dans l’Ain, le Rhône, etc. Anciens surnoms de pêcheurs ? du latin gobio, « petit poisson de mer » qui a donné le provençal gobi et l’ancien français goujon, « poisson d’eaux claires », comme dans : « Deux tronçons de carpe et quatre goujons fris... » (XVIe siècle).
  • Chabot, 2 345 foyers en France situe en Vendée, dans l’Allier, les Hautes-Alpes, en Dordogne, etc. Représente d’anciens surnoms d’hommes dont la forme de la tête était caractéristique (grosse ou déformée ?), de l’ancien français chabot, « poisson d’eau douce à grosse tête » comme dans : « Les terroirs pierreux et sablonneux nourrissent les truites, chabots et cheviniaux...» (XVIe siècle).
  • Barbot, 1 720 foyers en France, fréquent en Ille-et-Vilaine, dans la Vienne, à Paris, dans le Calvados, en Gironde, à comprendre comme d’anciens surnoms de pêcheur, par allusion au barbeau ou barbot, poisson de rivière très apprécié pour sa chair tendre, d’après le latin barbus, « (poisson) barbu ».
Variantes
Poissenot
Poissonnier
Peisson
Peysson
Peyssou
Peix
Peyssonneaux
Goujon
Chabot
Barbot

Nos dossiers associés aux noms de famille

Abonnés
Les noms de famille des Québécois de souche ont été introduits par les immigrants venus principalement de France aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Si le fait de situer un nom de famille sur une carte peut se concevoir comme première approche de la quête des origines, cette démarche peut aussi se révéler comme une clé pour débloquer une recherche. Voici un tour d’horizon des sites Internet à interroger, avec leurs points forts et leurs limites.
Depuis 2016, la procédure de rectification administrative permet de faire corriger une erreur matérielle simple, par exemple, un accent manquant, une lettre en trop, un prénom mal orthographié, directement par l'officier d'état civil du lieu où l'acte a été dressé.
S’il est possible de changer de nom de famille pour un motif légitime, il est également possible de le faire rectifier. Cette modification peut être faite directement par l'officier d'état civil. Pour les rectifications plus complexes, c'est le procureur de la République qui intervient.
En principe, on ne peut donc pas changer de nom de famille, sauf si on invoque un motif légitime. Et dans ce domaine, la définition est assez ouverte. La procédure est réglementée et se déroule en deux étapes distinctes.
Lorsque vous avez effectué une recherche sur Filae, vous pouvez utiliser différents filtres à partir de la page de résultats. Pour le patronyme, notamment, vous trouverez ces filtres dans le menu déroulant situé sous la rubrique « Nom » dans la barre d’outils de l’onglet « Résultats ».