Rechercher sur ce site

Résultats de la recherche

  1. Epicier-grossier

    Métier de nos ancêtres

    Dès le XVIe siècle, le métier d’épicier ne va cesser d’évoluer se scindant notamment en deux groupes distincts : les épiciers-droguistes et les épiciers grossiers (comprenez "en gros"). Comme leur nom l’indique, les épiciers grossiers se chargeaient de la vente en gros de produits alimentaires.

  2. Regrattier

    Métier de nos ancêtres

    Les regrettiers ou regrattiers vendaient des comestibles au détail dans les foires au Moyen Âge. Au XVIIe siècle, ils revendent au petit peuple des villes les restes des riches tables de l'aristocratie.

  3. Meunier

    Métier de nos ancêtres

    Autrefois, le meunier était un artisan travaillant à façon. Son activité consistait à transformer le grain qu’on lui apportait en farine et parfois même à la livrer. Mais en aucun cas, il ne pouvait vendre directement sa mouture. Dans son Livre des Métiers (1268), Etienne Boileau cite en premier lieu les métiers de l’alimentation et, parmi eux, celui de la farine. Au 14e siècle, on dénombrait à Paris 55 moulins entre l’île de la Cité et le Pont au Change. Les meuniers parisiens étaient autorisés à travailler de nuit.

  4. Fournier

    Métier de nos ancêtres

    Avant 1789, les paysans étaient tenus de faire cuire leur pain en un four dit «banal» parce qu’il appartenait au «ban», au fief. Le seigneur du lieu donnait ce four en location à un fournier, «l’homme du four» qui, bien sûr, prélevait à chaque cuisson une redevance, le droit de «fournage».

  5. Boulanger

    Métier de nos ancêtres

    Au Moyen âge, le boulanger contrôle chacune des étapes de la chaîne de fabrication du pain, en amont comme en aval. Il peut continuer de sélectionner son blé chez l’agriculteur de son choix, le faire moudre à sa manière chez le meunier, décider du type de mouture, mettre en œuvre sa propre méthode de panification, voire le livrer. Les boulangers réalisent la panification, c’est-à-dire la transformation de la farine en pain. Apprentissage, maîtrise et chef-d’œuvre sont les passages obligés du maître boulanger.