Rechercher sur ce site

Résultats de la recherche

  1. La généalogie de Jean d'Ormesson

    Actualité (Infos & Vidéos)

    Né en 1925, à Paris, l’immortel se nommait à l’état civil Jean Bruno Wladimir François-de-Paule Lefèvre d’Ormesson et avait une généalogie prestigieuse.

  2. La généalogie de Johnny Hallyday

    Actualité (Infos & Vidéos)

    Chacun sait que Johnny ne s’appelait pas Halliday – ni Johnny, d’ailleurs – pour porter à l’état civil le prénom de Jean-Philippe et le patronyme Smet (50e nom le plus porté en Belgique), variante des plus fréquents Smets (19e) et "de Smet" (10e), tous équivalents de l’anglais Smith et des germaniques Schmidt, Schmitt et Schmit… et tous hérités d’un ancêtre forgeron.

  3. Les racines de Laurent Wauquiez

    Actualité (Infos & Vidéos)

    Bien que né à Lyon et élu auvergnat, on peut dire que le nouveau président des Républicains est à 100 % du Nord, avec ses racines essentiellement concentrées dans le département du Nord, moyennant quelques branches partant vers le Pas-de-Calais et quelques autres vers la Belgique (Van Ham, Wyckhuyse…).

  4. Edouard Philippe : une généalogie très intéressante !

    Actualité (Infos & Vidéos)

    Né à Rouen, le nouveau Premier ministre porte un patronyme TRÈS courant, qu’il partage avec plus de 10.000 foyers français, majoritairement concentrés en Bretagne, en Normandie et dans le Nord.

  5. Election présidentielle 2017 : êtes-vous cousin avec un candidat ?

    Actualité (Infos & Vidéos)

    L'échéance de l'élection présidentielle approche à grands pas. Depuis des mois, journaux, radios et télévisions, relayés par les réseaux sociaux, vous ont présenté les différentes facettes des onze candidats au scrutin (et de leur programme). Qu'en est-il de leur histoire familiale et de leur généalogie ? N'auriez-vous pas une parenté avec l'un d'entre-eux ?

  6. Benoît Hamon, un candidat aux racines mal connues

    Actualité (Infos & Vidéos)

    On peut dire que Benoît Hamon, dans la maternité la plus à l’ouest de France, à Saint-Renan, est à 200 % breton. Et même à 500 % finistérien puisque, tant du côté que paternel que maternel, aucun rameau de son arbre généalogique ne conduit en dehors du département. Une situation banale en généalogie, pour les générations d’autrefois, qui se fait aujourd’hui de plus en plus rare (la Révolution industrielle, l’exode rural et les multiples brassages du XXe siècle sont passés par là).