Rechercher sur ce site

Résultats de la recherche

  1. Epicier-grossier

    Métier de nos ancêtres

    Dès le XVIe siècle, le métier d’épicier ne va cesser d’évoluer se scindant notamment en deux groupes distincts : les épiciers-droguistes et les épiciers grossiers (comprenez "en gros"). Comme leur nom l’indique, les épiciers grossiers se chargeaient de la vente en gros de produits alimentaires.

  2. Marchand de couleurs

    Métier de nos ancêtres

    Au 19e siècle, certains épiciers se spécialisent dans la vente de drogues industrielles. A cette époque, ils ont le monopole de la couleur (teintures et pigments), on les appelle d’ailleurs parfois « marchands de couleurs ».

  3. Regrattier

    Métier de nos ancêtres

    Les regrettiers ou regrattiers vendaient des comestibles au détail dans les foires au Moyen Âge. Au XVIIe siècle, ils revendent au petit peuple des villes les restes des riches tables de l'aristocratie.

  4. Cirier

    Métier de nos ancêtres

    L’art du cirier consistait à débiter et à façonner la cire à partir de pains fournis par l’apiculteur. Les ciriers partageaient avec les épiciers et les apothicaires la vente de la cire et la fabrication de simples chandelles ou de bougies que ce soit à usage liturgique ou domestique.

  5. Marchand-mercier

    Métier de nos ancêtres

    Le marchand-mercier vendait toutes les belles étoffes de soie, d’or et d’argent, et quelque marchandise comme cuirs, fourrures, tapisseries, passements, soies, joailleries, drogueries, métaux, armes, quincaillerie, dinanderie, coutellerie, et tous ouvrages de forge et de fonte.

  6. Moutardier

    Métier de nos ancêtres

    La moutarde de Dijon occupait une large place sur les tables de la bourgeoisie locale suffisamment riche pour manger de la viande, et donc de la moutarde, à tous les repas. Des marchands ambulants, les moutardiers, sillonnaient les les rues des villes pour vendre cette pâte brune.