Rechercher sur ce site

Résultats de la recherche

  1. Les Archives économiques et financières

    Dossier

    Encore un service méconnu, qui mérite le détour. Le Service des archives économiques et financières (SAEF) conserve en particulier les états de services et les fiches individuelles des agents du ministère de tutelle et des établissements qui y sont rattachés. Visite guidée.

  2. Le Service historique de la Défense

    Dossier

    Amateurs de puzzle, le Service historique de la Défense est fait pour vous. Dans le cas contraire, ne paniquez pas, car il existe une réelle cohérence dans la galaxie du SHD, dont témoigne la nouvelle version du site Internet, idéal pour guider vos premiers pas ou pour approfondir une recherche.

  3. Les recensements de population

    Dossier

    Les recensements sont, après l’état civil, la deuxième source couramment utilisée pour les recherches généalogiques. Souvent numérisés et accessibles sur Internet, ils sont d’une grande aide pour les recherches aux XIXe et XXe siècles.

  4. La carte d'identité : son histoire, ses archives

    Dossier

    Plusieurs documents permettent de nos jours de prouver notre identité. Parmi eux, il en est un qui vient spontanément à l’esprit : la carte nationale d’identité. Mais elle n’est pas la seule et s’inscrit dans une longue tradition de documents, instaurés pour surveiller et identifier des populations.

  5. Les passeports à l'intérieur

    Dossier

    Voici des documents méconnus et pourtant bien bavards. On y trouve à la fois l’identité du demandeur, ses communes de naissance et de domicile, sa description physique et sa destination. Les passeports, nécessaires au XIXe siècle pour circuler d’un canton à l’autre, méritent une meilleure attention.

  6. L'état civil parisien disparu dans l'incendie de 1871 : les exceptions et les alternatives

    Dossier

    Si la Commune de Paris marque un tournant politique, elle bouleverse aussi le travail du généalogiste. De très nombreux documents ont disparu dans les incendies qui ont ravagé la capitale. Le chercheur peut toutefois compter sur l’état civil reconstitué et une variété d’archives alternatives.