Rechercher sur ce site

Résultats de la recherche

  1. Lardon

    Nom de famille

    L’origine de ce nom de famille pourrait remonter au début du XIVe siècle : en 1313, on relève plus de trois cent cinquante professions différentes dans le précieux « Livre des Mestiers » dressé sur ordre d’Étienne Boileau, prévôt du Roy. Il nous fait connaître de précieux détails sur le travail de la foule d’artisans et de commerçants qui peuplait campagnes, bourgs et cités. Comment le nom de famille Lardon est-il né ?Entre le Ve et le XIIIe siècle chacun des habitants de notre pays portait un nom unique, son nom de baptême.

  2. Larguier

    Nom de famille

    L’origine de ce nom de famille s’explique par un surnom donné il y a plus de sept cents ans ! Au XIIIe siècle, au temps où les architectes et les compagnons commencent à construire nos cathédrales, où les campagnes se peuplent dans toute l’Europe, le besoin se fait sentir de différencier les individus. À cette époque ils n’ont que leur nom de baptême pour se distinguer les uns des autres.

  3. Larroque

    Nom de famille

    Le surnom de l’homme qui habitait un lieu-dit Roque », « La Roque » (« l’endroit caractérisé par un ou des rochers »), explique l’origine de ce nom de famille. Du latin rocca, « roche », « rocher » qui a donné l’occitan rochas, roque et l’ancien français roche, roiche, rok, « roche », comme dans : « ...Trois cents hermites et molt plus, ki en la roke là desus menoient vie d’ermitage... » (XVe siècle). ou dans : « L’endemain s’en revont par ces estroits sentiers, Plains de roques, d’espines de ronces, d’esglantiers... » (XVIe siècle).

  4. Laruelle

    Nom de famille

    Remontons le temps : pour différencier les hommes qui n’avaient jusqu’au XIIIe siècle qu’un nom de baptême, on a souvent surnommé le noble comme le roturier, le chevalier comme le simple paysan du nom de sa terre d’origine.

  5. Launé

    Nom de famille

    Ce patronyme fait partie de ces noms dont l’origine fleure bon la Doulce France : un hameau, une ferme de première importance, un château fort, un lieu-dit caractérisé par un bois dense ou un bouquet d’arbres, une clairière bien cachée, un marais mystérieux ou bien encore le bord d’une rivière paisible. Remontons le temps : pour différencier les hommes qui n’avaient jusqu’au XIIIe siècle qu’un nom de baptême, on a surnommé le noble comme le roturier, le chevalier comme le simple paysan du nom de sa terre d’origine.

  6. Lauquin

    Nom de famille

    Les incertitudes étymologiques et historiques qui règnent sur les patronymes issus de vieux surnoms germaniques laissent toujours planer part de mystère sur leur véritable origine. Cette énigme est d’autant plus grande que nous sommes en présence de dénominations qui nous font remonter quinze siècles en arrière. Souvenons-nous de la chute de l’Empire Romain, au milieu du Premier millénaire. À cette époque, chaque chef de guerre germanique portait un surnom spécifique. Par exemple, Alc-hari (composé des racines alc, « sanctuaire » et hari, « armée »).