Rechercher sur ce site

Résultats de la recherche

  1. Émile et Paul Coconnier

    Actualité (Infos & Vidéos)

    Je souhaite rendre hommage à mon grand-père Émile Coconnier et à son frère Paul. Nés à Saint-Brice (Mayenne), respectivement le 22 février 1890 et le 9 novembre 1891, ils habitent en 1914 à Solesmes (Sarthe) chez leurs parents cultivateurs.

    Paul travaille avec eux, Émile est ouvrier typographe dans une imprimerie de Sablé-sur-Sarthe, à 3 kilomètres de là. De 1911 à 1913 Émile effectue son service militaire au 26e bataillon de chasseurs à pied, où son cadet sera aussi incorporé en octobre 1912.

  2. Les archives des Landes ont numérisé plus de 7.000 cartes postales

    Actualité (Infos & Vidéos)

    Avec un fonds de cartes postales riche de plus de 7.000 vues datant pour la plupart de la première partie du XXe siècle, les archives départementales des Landes mettent à la disposition de chacun une source documentaire exceptionnelle. Accessibles dur le site Web depuis le début de l'année, ces cartes postales datées de 1898 à 2003 permettent d’observer les évolutions des paysages et des villes qui ont énormément changé au cours du XXe siècle.

  3. Georges Perotin, employé de l'octroi de Saint Ouen

    Actualité (Infos & Vidéos)

    Le grand-père de mon mari est né en 1883, dans les Ardennes. Il fait son service militaire, et est nommé sergent en 1906. En 1908, il est receveur d'octroi à Saint Ouen (93). Appelé en 1914, il est blessé à la main droite en avril 1915, mais reste au front, puis à la cuisse et au mollet gauche en mai 1915. En 1916, il part pour le front de l'armée d'Orient. Il est grièvement blessé d'une plaie en séton, par balle au côté gauche du thorax, le 17 mars 1917, à Monastir (Bitola actuellement, en République de Macédoine).

  4. Edmond Perotin, boulanger

    Actualité (Infos & Vidéos)

    Un grand-oncle mort sans descendance, mais dans des conditions épouvantables. Né en 1870 dans les Ardennes, il est versé dans la réserve de l'armée territoriale en 1910. On surnomme les personnes comme lui, en principe trop âgées en 1914 "les Pépères". En 1914 il doit " garder les voies du chemin de fer ". En 1916 il est noté comme n'ayant pas rejoint son corps. En fait il a été déporté au Bagne de Sedan, où il mourra en 1917, au Lazaret d'Asfeld.