Rechercher sur ce site

Résultats de la recherche

  1. Ponasse

    Nom de famille

    L’origine de ce nom de famille pourrait remonter au début du XIVe siècle. Comment est-il né ? À partir du XIIIe siècle, pour différencier les homonymes devenus trop nombreux, on a pu surnommer « Ponne », « Pone », un fabricant de cuviers en terre cuite, de l’ancien français régional ponne, « cuvier », un surnom qui s’est transformé en « Ponet », et en « Ponasse ». Ce nom évoquant un métier est devenu héréditaire, se transmettant par le père à partir du XVe siècle, au hasard d’une transcription sur un acte de baptême, de mariage ou de sépulture.

  2. Poncet

    Nom de famille

    Une forme diminutive du nom de baptême popularisé par le culte de saint Pons explique l’origine de ce patronyme. Saint Pons, apôtre des Alpes (IIIe siècle) : son corps fut enseveli près de Nice après son martyr survenu en 268. Beaucoup plus tard, il fut transporté à Thomières en Languedoc sur ordre de Raymond Pons, duc de Toulouse. Autre piste d’origine, une forme d’un nom de lieu-dit « Poncet », l’endroit caractérisé par un petit pont, un nom porté par de nombreux lieux-dits assez bien répartis sur l’ensemble du territoire français.

  3. Pouliquen

    Nom de famille

    Marie-Thérèse Morlet dans son précieux Dictionnaire étymologique des noms de famille (Perrin 1991) évoque la présence d’une « terra an Polican » dès le XIIe siècle dans le Cartulaire de Quimperlé mais souligne aussi combien le sens premier du patronyme Pouliquen reste obscur. Faut-il le rapprocher de « Poulpiquet », « lieu marqué par un sortilège » ? Fréquence et localisation : le patronyme Pouliquen compte 1 490 foyers en France de nos jours.

  4. Rabastou

    Nom de famille

    A partir du XIIIe siècle, le surnom qualificatif « Rabastou » (de l’ancien français et de l’occitan rabasta, « tapage », « querelle », « dispute ») a pu faire référence au côté particulièrement bagarreur du premier « Rabastou ». Comme patronyme Rabastou est porté de nos jours par moins de 10 foyers en France, notamment en Gironde.

  5. Ratier

    Nom de famille

    L’origine de ce nom de famille s’explique par un surnom donné il y a plus de sept siècles ! Il fait référence à une particularité du premier « Ratier », « l’homme fin et rusé » (par association au caractère prêté à l’animal), de l’occitan rat, « rat » issu de raditus, « qui ronge », mais aussi parfois dans le sens de « capricieux », « cachottier », voire « d’avare », etc. Nota : l’occitan ratièr a désigné l’épervier, tueur de rongeurs comme le piégeur de rats.

  6. Renard

    Nom de famille

    La vieille forme germanique Ragin-hard (de ragin, « conseil » et de hard, « dur », « fort ») utilisée dans la formation de surnoms de chefs de guerre des Goths, explique certainement la formation de ce nom de famille. À noter que tous les Renard qui sont nos contemporains n’ont pas obligatoirement quelque « barbare » parmi leurs ancêtres. Si ces formes sont parvenues jusqu’à nous, c’est en grande partie grâce aux populations gallo-romaines qui les adoptèrent comme noms de baptême à partir du Ve siècle.