Un poilu, un vrai, a ouvert sa page Facebook

Catégorie : 1914-18, Yvelines  |  le 07 Novembre 2014 par Cécile Josselin

Lieutenant François Thomas

On connaissait la page facebook de Léon Julien, un enseignant fictif tombé au champ d’honneur en mai 1915. Sous son nom, le musée de Meaux avait réussi à capter l’intérêt de plus de 66.000 internautes ! Une idée ensuite reprise par le mémorial de Caen qui avait à son tour créé le buzz avec le personnage imaginaire de Louis Castel (réunissant près de 28.000 amateurs sur Facebook). Le musée avait alors choisi de suivre à la trace un soldat français engagé aux États-Unis qui débarqua en France en juin 1944.

Mais on était jusqu'alors resté sur des personnages fictifs, que deux musées avaient choisi d’adapter selon les angles qu’ils souhaitaient développer.

Aujourd’hui ce sont les impressions d’un homme bien réel, fait de chair et de sang, que la ville de Viroflay nous propose de suivre, celle du lieutenant François Thomas. Professeur agrégé d’histoire- géographie à la Roche-sur-Yon (en Vendée), ce jeune officier de 28 ans, marié et père de deux jeunes enfants (Jeanne et Yvonne) avait été nommé commandant d’une compagnie aux Chemins des Dames. Là, terré dans les tranchées, il avait tenu méticuleusement entre deux bombardements deux carnets de notes pour que sa femme connaissent son quotidien, au cas où il serait tombé au front.

Ce sont ses carnets décomposés en 145 posts écrits du 28 juillet 1914, date de son départ au front au 28 janvier 1915 qui servent ici de base à sa page facebook. Celle-ci est retransmise aux internautes avec un siècle d'intervalle. Le site retrace en effet son quotidien au jour le jour, nous donnant à voir de l'intérieur la vie d'un officier projeté en première ligne à la tête d'un bataillon de 200 hommes.

Pour compléter son récit, la page facebook sera progressivement complétée par 78 posts historiques, ainsi que par des documents audio, photos (chants entonnés par les soldats lors de leur départ au front...) et vidéo.

Légué par sa famille après la mort du lieutenant en 1970 aux Archives municipales de cette ville des Yvelines, les documents personnels du lieutenant utilisés pour alimenter le site peinent encore à rencontrer leur public. Aujourd'hui, "seules" 345 personnes le suivent actuellement à un siècle d'intervalle… mais l’expérience continuera jusqu’au 28 janvier 2015. N’hésitez donc pas à rejoindre le groupe de ses aficionados.

Lire aussi :

Suivez-nous aussi sur Facebook et Twitter

1 commentaire

venarbol le 8 Novembre 2014 à 13h54

Il existait déjà un autre journal facebook retraçant le témoignage d'un soldat réel : celui de Maurice Bedel
https://www.facebook.com/mauricebedel2014

Plan du site La Revue française de Généalogie