Côtes d'Armor : des archives communales étaient en vente dans un vide-grenier

Catégorie : Archives, Côtes-d'Armor  |  le 07 Juin 2019 par Guillaume de Morant

Des histoires d'archives publiques mises en vente sur les sites Internet d'enchères sont assez fréquentes. Mais avec la saison des vide-greniers, c'est directement dans les brocantes que l'on peut parfois retrouver ce type de documents.

Début mai, dans les Côtes d'Armor, un employé du service des archives départementales se promène en badaud dans les allées du vide-grenier organisé par une petite commune du sud de Saint-Brieuc. Déformation professionnelle oblige, son attention est attirée par une petite caisse en plastique remplie de vieux papiers, nous apprend un article du quotidien Ouest-France

"Il s'agissait d'archives communales, d'archives publiques !", explique à la RFG Gwladys Longeard, la directrice des archives départementales des Côtes d'Armor. "La caisse était composée d'une liste électorale des années 1850 à 1950, d'une liste des conscrits de la classe 1870, de quelques cahiers de budget primitifs de la commune et de registres de réquisitions de chevaux, juments, mules et mulets de 1870 à 1900. Clairement, ils n'avaient rien à faire sur les étals d'un vide-grenier".

Ces documents appartiennent sans aucun doute à la commune, c'est ce message que l'employé des Archives départementales des Côtes d'Armor a tenté de faire passer au vendeur. Non sans mal, car celui-ci était de bonne foi. Il a expliqué avoir trouvé cette caisse dans le grenier de la maison qu'il venait d'acheter. Normal pour lui de valoriser ces vieux papiers dans un vide-grenier !

"Apprenant que vendre des archives publiques était un délit passible d'un an de prison et d'une amende de 15.000 €, il a nous a finalement restitué le tout sans contrepartie", raconte la directrice. Après analyse et comparaison avec les collections publiques, les documents du vide-grenier prendront le chemin du service d'archives communal qu'ils n'auraient jamais dû quitter.

Pour les archivistes des Côtes d'Armor, c'est l'occasion de rappeler qu'en cas de doute, les vendeurs "de vieux papiers" ne doivent pas hésiter à les contacter. Un oeil néophyte fait difficilement la différence entre des papiers issus d'archives privées et des papiers issus d'archives publiques. La différence est que les premiers peuvent être librement vendus, tandis que les seconds sont inaliénables et restent la propriété de la collectivité. Ils ne peuvent être ni échangés ni vendus.

Liens

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie