Finistère : toujours plus de cadastre en ligne

Catégorie : Archives, Finistère  |  le 14 Décembre 2017 par Guillaume de Morant

Dans le Finistère, les états de sections sont en ligne ! Récemment numérisés, ces 339 registres des états de sections du cadastre napoléonien ont été versés par les services fiscaux du département. La numérisation poursuit trois objectifs : préserver les originaux très consultés, lancer en amont de la numérisation un programme de restauration et de conditionnement en aval et enfin, valoriser ces documents.

Les états de section du cadastre constituent une clé d’accès privilégiée aux plans du cadastre napoléonien déjà en ligne sur le site des Archives, et qui représentent l’ensemble le plus complet et le plus cohérent de micro-toponymes en langue bretonne du XIXe siècle conservés dans les séries d’archives du Finistère. Actuellement, ce sont donc 305 registres concernant 262 communes finistériennes et représentant près de 46.700 vues qui sont désormais accessibles en ligne. Les 34 derniers registres sont en cours de restauration et de numérisation pour une mise en ligne prévue fin 2018.

Côté état civil, la situation n'a pas changé et seuls les registres de 80 communes sont en ligne. Derrière ces délais qui n'en finissent plus, il ne faut évidemment pas chercher une quelconque mauvaise volonté. Les archives départementales dénoncent un manque de moyens et un travail colossal à réaliser afin de restaurer les registres abimés avant toute numérisation. Les choses avancent néanmoins, en vertu d'un partenariat signé entre les archives départementales et le Centre généalogique du Finistère, une équipe de volontaires est mise à contribution pour préparer matériellement les actes de l’état civil, puis contrôler les images livrées par le prestataire après numérisation et avant leur mise en ligne. Objectif à atteindre : numériser et mettre en ligne 700.000 à 1 million de pages à l'horizon 2019...

Liens

A lire aussi

2 commentaires

JEAN le 6 Janvier 2018 à 14h29

bonjour Vous avez de la chance d'avoir eu des actes par RIEC.
J'ai essayé Coray, Elliant et d'autre communes... On me répond qu'on n'a pas le droit d'envoyer des actes et que les agents ne sont pas là pour chercher...
Il est vrai que j'avais donné tout ce qu'il fallait, Noms dates et lieux mais il fallait remuer de la poussière et surtout beaucoup de livres reliés en Mairie... Quand on reprend le texte des AD, les agents sont là pour communiquer à la demande ce que nous désirons, et voir en Mairie si pas sur internet...
On nous répond aussi, venez en salle de lecture...
Ma question : que font alors les agents, à quoi servent ils si quand on demande, tout devient impossible.. Je ne conduis pas, alors je fais comment...
Si un jour on supprime des postes, je ne serais pas surprise...
Le cadastre est surement utile en recherches généalogiques ?? pourquoi ne pas avoir cet argent pour l'investir dans la numérisation internet... des actes E-C ???
d'autres départements ont bien réussi, alors quoi le Finistère, on boude, on ne s'interesse pas plus que ça à nos chers ancêtres... S'ils n'avaient pas été là, vous n'y seriez pas non plus...

Cyrille Ripoche le 14 Décembre 2017 à 19h03

De fait, les registres de trente communes supplémentaires (période 1793-1936) sont disponibles... depuis le mois de mai en salle de lecture sur intranet seulement !!! Cf l'article du blog des AD daté du 11 mai 2017, ainsi que leur liste d'accessibilité des registres par commune. Sont invoquées des raisons techniques (et "juridiques") ne permettant pas la mise en ligne des registres les plus anciens - autrement dit un obstacle relevant de l'informatique documentaire (lié à la rédaction du cahier des charges ?) car je ne vois pas d'autre explication. La mise en ligne est promise (officiellement pour la fin de l'année !), mais sans cesse reportée. Ainsi, ma patience mise à l'épreuve, ai-je directement demandé et obtenu des mairies de Riec et de Scaër les quatre actes de décès (espacés entre 1838 et 1879) qui m'intéressaient. J'espère que les agents des AD finiront par trouver la solution... et que le lot suivant, concerné par la numérisation actuellement en cours, ne connaîtra pas le même sort. Car cela entre aussi dans leur intérêt : seule l'accès distant aux registres de plus de cent ans pourra faire objet de valorisation, de reconnaissance par l'extérieur (dont celle du conseil départemental du Finistère)... voire, peut-être, d'argument d'investissement budgétaire ??? Car la seule offre d'un intranet (comparée et rapportée à l'offre des autres AD françaises) n'y suffirait sans doute pas.

Plan du site La Revue française de Généalogie