Les Archives nationales fêtent le numérique

Catégorie : Archives, France  |  le 29 Novembre 2018 par Guillaume de Morant

Les 7, 8 et 9 décembre 2018, les Archives nationales invitent le public à une grande Fête du numérique... au sens numérique du terme, avec deux événements à fêter.

On ne sait pas s'il y aura du Champagne et des cotillons, mais les Archives nationales annoncent la mise en ligne de la première version de leur nouvelle plate-forme d'archivage numérique, conçue dans le cadre du projet ADAMANT (Administration Des Archives et de leurs Métadonnées aux Archives nationales dans le Temps).

Évidemment, ADAMANT ne dit rien au grand public et c'est normal, puisque c'est un outil à usage des archivistes et professionnels des archives pour les aider à gérer et à rendre accessible dans le temps la production d'informations numériques de l'administration, devenue plus complexe. Mais l'enjeu de la conservation de toutes ces traces numériques de l’administration est vital pour l'avenir. C'est la garantie qu'un mail, un fichier texte ou image des années 2000 sera toujours lisible dans 50 ou 100 ans...

Autre événement numérique, le samedi 8 et dimanche 9 décembre 2018, rendez-vous est donné au Liberté Living Lab pour le désormais traditionnel "hackaton" des Archives nationales. La version 2018 de ce concours ouvert au grand public, mais en réalité surtout aux développeurs est en lien avec les problématiques de la Cité et du citoyen.

Le défi est d'utiliser huit jeux de données parmi les millions de data conservées aux Archives nationales, qui ont été selectionnés sur des thèmes citoyens et sociétaux afin que chaque équipe puisse s’en emparer, se les approprier et proposer des outils pour en partager les contenus.

Amateurs et développeurs y verront une occasion unique de « s'amuser » avec des fonds extraordinaires tout en contribuant à l’intérêt commun en favorisant la diffusion de 14 siècles d’archives de l’État. L'équipe gagnante se verra remettre un prix de 4.000 euros dotés par les Archives nationales et bénéficiera d'une résidence de six mois offerte par le Liberté Living Lab, qui accueille l'événement.

Liens

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie