Tarn : les archives récupèrent des minutes de notaires chez un brocanteur

Catégorie : Archives, Tarn  |  le 24 Août 2020 par Guillaume de Morant

Début juillet 2020, les Archives départementales du Tarn ont récupéré des minutes de notaires des XVIe et XVIIe siècles qui se trouvaient en vente sur le stand d'un brocanteur. Elles avaient été repérées par un lecteur des archives particulièrement vigilant.

Il s'agit de registres des études notariales de Puycelsi et de Castelnau-de-Montmiral, qui appartiennent aux collections publiques et n'ont bien évidemment rien à faire chez un brocanteur ni dans un vide-grenier. Toutefois, pour des actes aussi anciens, il est difficile de faire la différence entre l'exemplaire original (la minute) et sa copie (l'expédition). Si le premier doit être versé par le notaire dans les services d'archives départementales, le second peut parfaitement être conservé par l'une des parties et donc ensuite être cédé et revendu.

Dans le cas du Tarn, il s'agissait des originaux, ils viennent de rejoindre les collections des archives départementales. Leur intérêt est indéniable avec la présence d'actes concernant la chapelle fondée par Guillaume de Gieuzelas dans l'église Saint-Corneille de Puycelsi (1471-1672) et de nombreuses autres minutes de cette ville et de Castelnau-de-Montmiral allant du XVe au XVIIe siècle.

Liens

2 commentaires

RBG le 25 Août 2020 à 23h55

Pour Corenti : en général la minute est mieux écrite et il y a les signatures, pas sur la copie.

corentin le 24 Août 2020 à 11h56

Bonjour,

Comment distingue-t-on une minute d'une copie ?

Dans le cas où il s'agit d'un registre, la question ne se pose pas, mais pour des actes isolés ?

Plan du site La Revue française de Généalogie