Territoire de Belfort : arrivée du recensement de 1936 et des tables décennales de 1913 à 1942

Catégorie : Archives, Territoire de Belfort  |  le 21 Février 2020 par Guillaume de Morant

L'information n'est restée que quelques jours sur la page d'accueil du site des Archives du Territoire de Belfort : le recensement de 1936 a été publié, ainsi que nouvelles tables décennales, celles de 1913 à 1942. L'annonce a contenté tous les généalogistes qui recherchent leurs ancêtres dans ce département, mais elle a un goût un peu amer quand on lit sur le même portail que "des perturbations sont à prévoir en 2020".

En effet, les archives de ce département utilisent le logiciel Flash Player, qui permet de lire des images, des vidéos et des jeux vidéos et en l'occurence ici, d'afficher les images des registres numérisés. Or son éditeur, le groupe informatique américain Adobe a annoncé l’arrêt, fin 2020, du développement et de la distribution. Et cela pour une bonne raison : Flash est la porte d'entrée connue et reconnue de bien des virus informatiques !

La visualisation des images fonctionnant avec ce logiciel, le portail sera pleinement impactés. "En clair, les internautes ne pourront plus visualiser les images numérisées", annoncent les AD 90. Afin de faire face à cette obsolescence, une refonte complète du site Internet est actuellement en réflexion. Espérons que la réflexion et l'action seront rapides !

Pour rappel, sur le site des archives du Territoire de Belfort, la recherche simple donne accès aux inventaires et la recherche thématique permet de choisir les nombreuses sources numérisées à consulter, parmi l'état civil ; les recensements ; les documents figurés ; les matricules militaires ; le cadastre et les plans ; la presse ; la bibliothèque et les Archives du Palais princier de Monaco. Pour l'état civil, des dépouillements de l'état civil ancien et moderne ont été réalisés par l'association LISA.

Liens

4 commentaires

ColPa le 27 Février 2020 à 13h04

Et l'Essonne également…
Essonne qui tarde aussi à mettre en ligne de nouveaux registres. Le site stagne à 1906 depuis plusieurs années. A quand la mise à jour ?

Commodore le 24 Février 2020 à 09h38

Il n’y a pas que ce site qui utilise la technologie flash, il y en a d’autres comme le Finistère, la Haute-Savoie, l’Indre-et-Loire, la Marne, la Nièvre, le Nord, la Seine-Maritime, la Somme, le Rhône… j’en oublie sûrement.
Malheureusement, je n’ai vu aucun message sur les portails de ces archives, alertant les utilisateurs de l’impact de l’abandon de cette technologie, et nous informant d’une refonte totale des sites web. Il n’est plus temps de réfléchir mais d’agir rapidement, car à la fin de l’année, la mesure sera effective. Mais, j’ai bien peur que les responsables des archives concernées ne soient peu pas au courant de ce problème, qu’ils ne voient pas l’urgence, et surtout qu’ils réagissent trop tard.

Par exemple, je vais très souvent sur le site web des archives de la Marne. Leur module d’impression est catastrophique et le résultat obtenu est très médiocre. J’ai donc opté pour la capture d’écran, au début, mais j’ai fini par abandonner car sur ce type de site, afin d’obtenir une image de qualité et lisible, il faut faire plusieurs captures par acte, ce qui n’est pas pratique et qui est fastidieux. Et puis il faut de la place sur son PC. J’ai déjà un peu plus de 35 Go soit environ 30.000 images sur le mien, pour un seul arbre, ça commence à faire ! Par conséquent, j’ai fait le choix de n’enregistrer désormais que les liens vers les images qui m’intéressent, quand ils sont disponibles bien sûr. Rien que pour le site de la Marne, j’en ai près de 2000 !

Alors, que va-t-il se passer à la fin de l’année pour tous les sites web concernés ? Seront-ils en panne pendant plusieurs mois ? Cela m’embêterait beaucoup. Et après refonte ? Les liens vers les images seront-ils toujours les mêmes ou finiront-ils à la poubelle ? Je crains le pire, j’ai déjà eu le cas avec d’autres sites comme celui du Val-de-Marne par exemple, il y a presque 2 ans, où j’ai dû refaire les 150 liens environ que j’avais enregistrés, et ça m’avait déjà pris beaucoup de temps. Je n’ose imaginer le temps que ça me prendrait, rien qu’avec les archives de la Marne, mais je serais obligé de le faire, car, quand je fais mes recherches, j’aime que les sources attachées aux actes soient exactes, et surtout utilisables à tout moment, quand le besoin s’en fait sentir. Quelle perte de temps en perspective ! Je transpire déjà…!

Plan du site La Revue française de Généalogie