Un nouveau portail pour les archives du Calvados

Catégorie : Archives, Calvados  |  le 15 Mai 2019 par Guillaume de Morant

La dernière version du portail des archives du Calvados datait de juin 2017, mais c'était un site de transition, donnant un accès à l'ensemble des données de la base, pour maintenir la consultation en ligne des principaux documents numérisés. Et pendant ce temps, presque deux ans de développements ont été nécessaire avec la société Naoned pour développer ce nouveau site, mis en fonction ce lundi 13 mai 2019.

C'est donc un nouvel outil qui s'affiche, plus moderne et plus riche ayant pour objectif de faciliter et élargir toujours plus l'accès aux archives calvadosiennes. Outre le design entièrement revu, de nombreuses évolutions sont là. Il y a davantage de contenus éditoriaux pour expliquer et mieux comprendre les archives. Il y a plus d'actualités à suivre concernant le service et ses actions. Il y a plus d'accès à d'autres ressources et d'autres services à travers des publications, des prêts d'expositions, des dossiers pédagogiques, des expositions virtuelles...

Côté technique, le nouveau portail est désormais totalement Web responsive, c'est à dire que l'affichage s'adapte automatiquement à la taille de votre écran, qu'il soit géant, normal, sur tablette ou même smartphone. La visualisation des documents numérisés se fait à présent directement depuis le navigateur, sans recours à des plug-in externes, potentiellement obsolètes ou dangereux. Les images peuvent être téléchargées en bonne qualité. Chaque notice et chaque média est répertorié avec des identifiants pérennes du système ARK, facilitant les liens vers les ressources du site.

Enfin, un espace personnel est là pour gérer et conserver vos recherches, vos notices, vos documents... Des filtres de résultats par médias, fonds, lieux, typologie démultiplient les possibilités de recherche. Notamment, la recherche par lieux permet d'accéder facilement aux principales ressources d'une commune, d'un quartier, d'un bâtiment.

Le nouveau site a été construit selon la méthode "Agile" et ses principes de progressivité, d'adaptation et d'ajustement. Il évoluera régulièrement au cours des prochains mois et des prochaines années avec de nouvelles versions corrigeant les défauts constatés et proposant toujours plus de fonctionnalités. Vos critiques sont donc bienvenues ( par mail), si évidemment elles sont constructives, afin d'orienter au mieux les prochains développements et améliorer les fonctions de recherches, le confort de la navigation et de la consultation des documents numérisés.

Liens

5 commentaires

Hervé APARTIN le 18 Mai 2019 à 18h03

Bon, moi aussi, j’avais envie de pousser mon coup de gueule sur leur site Facebook, mais à quoi bon. Je vais pas le faire dans le vieux discours dans le « c’était mieux avant, », mais franchement… Il parait que c’est adaptatif pour utiliser sur tablette et smartphone : c’est sûr, faire une recherche dans le train ou à l’arrêt de bus sur un écran de 6 pouces, je n’y avait pas pensé ! Je vais pas vous faire le catalogue des choses qui m’exaspèrent depuis plusieurs heures d’utilisation car je me dis que s’ils n’ont pas été capables de corriger en 2 ans de béta-tests, ils seront incapables de corriger à l’avenir. Ce qui m’inquiète, c’est que pour beaucoup de problèmes, ce ne sont pas des bugs, mais des erreurs de spécification initiale : par exemple, aberration de ne pas avoir de bouton pour faire défiler 10 pages par 10 pages. En terme de nouveau contenu numérique, bien peu de nouveau. Ils promettent les tables de successions et d’absences pour fin 2019. Sincèrement, comme les budgets seront mangés par l’amélioration du site, je pense qu’il faudra bien attendre 1 ou 2 ans de plus. L’espace d’un instant, j’ai cru que les dépouillements de Cegecal et EGBMN nous seraient fournis, et en fait, rien, que du vide. Bon, sinon il y a quand même des améliorations: l’impression même si ça reste encore artisanal, la qualité des vues s’est bien améliorée, c’est plutôt rapide. Mais deux années de travail, cela représente facilement un budget de 200k€, et j’ai l’impression que du budget a été réservé pour l’amélioration du site. Ouf !!!, car les voisins de la Manche n’ont pas prévu de service après-vente, si bien qu’en terme de régression du site Internet, les Archives de la Manche ont fait bien pire que celles du Calvados. Cela dure depuis 2 ans, et l’on s’en mord toujours les doigts. Bon, on leur en veux pas, car comme ils le disent eux-mêmes, il y a plein de gens de bonne volonté qui travaillent durs derrière pour faire le mieux possible. Ce qui m’exaspère, c’est que le Ministère de la Culture et les Archives de France sont incapables de gérer cela de leur côté. Chaque département fait à sa sauce avec des budgets limités. Il aurait été plus intelligent de mettre tout le monde autour de la table, que chaque service d’archives fasse son cahier des charges, que les Archives de France centralisent et fassent l’appel d’offre pour un seul et unique logiciel performant, évolutif, puissant et identique pour chaque département avec, à la rigueur, quelques spécificités locales. La décentralisation nous a mené à une telle situation, dommage… et pour paraphraser un ancien président « c’est pas grave, c’est le Calvados qui paye ». Et puis, toujours ces mêmes questions d’interprétation de la loi : pourquoi les archives de la Seine fournissent les actes de mariage jusqu’en 1940 et les actes de décès jusqu’en 1968, mais pas dans la Calvados et autres dépôts. Ils se parlent et se concertent entre départements pour être sur la même longueur d’onde ???

CATHERINE LE TOUZE le 18 Mai 2019 à 09h35

Je ne suis pas satisfaite non plus. Avant quand on demandait une commune on pouvait avoir l'ensemble des registres de celle-ci et quand on passait à une autre ne s'affichait que la nouvelle demande.Maintenant on est submergé de document dans un ordre anarchique avec des énoncés embrouillés.
De plus hier soir j'ai arrêté de consulter car la mise au point se faisait mal ou pas du tout. C'est épuisant. On ne peut pas faire d'avance ou de retour rapide en visualisant les actes.Et le bouquet c'est que j'étais sur un registre quand ils ont décidé de changer le portail. Je n'ai vu aucune alerte pour prévenir.Tout s'est arrêté.
Quand j'ai enfin compris qu'on ne reviendrait pas en arrière je me suis mise sur ce nouveau portail et les registres que je consultais n'étaient plus accessibles. J'en ai fait la remarque aux archives qui m'ont assuré qu'il y avait des oublis .J'ai retrouvé mes registres le lendemain.
Il y a des archives qui ont de bons logiciels (le 35 par exp.sauf si lui aussi a changé) je me demande pourquoi quand les usagers sont satisfaits celui-ci ne serait pas imposé à toutes les archives départementales. C'est notre argent qui est utilisé et on n'a rien à dire.Voilà ça fait du bien de râler même si ce n'est qu'un coup d'épée dans l'eau. Bon courage.

Plan du site La Revue française de Généalogie