Val d'Oise : les délibérations communales sont en ligne

Catégorie : Archives, Val-d'Oise  |  le 16 Mars 2020 par Guillaume de Morant

Dans le Val d'Oise, venez lire la vie publique de 14 petites localités, dont les archives départementales viennent de publier les registres de délibérations communales. Le salaire du garde-champêtre, les travaux de l’église, la construction de l’école, la mise en place du réseau d’eau potable...

Tout cela fait partie de la vie administrative d'une commune et peut être retrouvé dans les 24 839 pages de registres de délibérations municipales qui sont aujourd’hui consultables en ligne sur le site internet des Archives du Val d'Oise.

Il s'agit des communes du Bellay-en-Vexin, Boissy-l’Aillerie, Bonneuil-en-France, Chars, Epinay-Champlâtreux, Genainville, Hérouville, Hodent, Montreuil-sur-Epte, Moussy, Le Plessis-Gassot, Vienne-en- Arthies, Villiers-Adam, Villiers-le-Sec.

Les autres suivront au fur et à mesure des dépôts et du travail des archivistes, car un important chantier de numérisation est en cours. A ce jour, 100 dépôts de petites communes sont conservés aux Archives départementales du Val-d'Oise. La plupart des communes de moins de 2.000 habitants y déposent leurs archives anciennes en général de 1790 à 1945.

Les archives du Val d'Oise proposent en ligne de nombreux fonds d'intérêt généalogiques. Dans la rubrique Généalogie, les registres paroissiaux et d’état civil, les tables décennales, les recensements de la population, les tables de successions et absences sont numérisés et en ligne.

Dans la rubrique Cartographie, consultez aussi les plans d’Intendance, plans par masse de culture et plans cadastraux napoléoniens. Enfin, dans la bibliothèque patrimoniale, vous pouvez accéder aux 200.000 notices descriptives des livres disponibles en salle de lecture.

Liens

A lire aussi

7 commentaires

Christian le 17 Mars 2020 à 23h38

@Commodore. Rien à ajouter. Vous avez tout dit.

Commodore le 17 Mars 2020 à 21h56

@Christian.
Vous n’avez encore rien compris. C’est VOUS le pisse-vinaigre, l’étroit d’esprit, l’enquiquineur imbu de sa science qui vient donner des leçons aux autres. Je n’ai jamais prétendu, comme vous qui le laissez entrevoir, être un expert, j’ai juste parlé de mon expérience de généalogiste amateur depuis 32 ans, surtout depuis la mise en ligne des archives. Oui, 32 ans, ça vous parle peut-être ? Je cite « Depuis 20 ans les archives départementales ont fait un énorme travail pour les généalogiste (avec la faute) ». Cela fait 10-11 ans maximum que les 1ers dépôts d’archives publiques ont mis leurs ressources en lignes, je laisse de côté les cercles généalogiques, qui eux sont payants, et souvent trop chers. Avant cette date, toutes les archives n’étaient pas consultables librement sur place, à cause des lois notamment, je parle toujours par expérience. Comme bon nombre de généalogistes, je n’ai pas eu les moyens de multiplier les déplacements, et j’ai dû patienter.

Je connais bien des départements peu riches qui ont fait bien plus d’efforts en matière de généalogie en ligne que des départements plus aisés, je peux vous en citer plusieurs. Ce n’était visiblement pas la priorité des élus de débloquer les fonds nécessaires pour la numérisation. C’était sans doute plus intéressant de se rémunérer grassement, de se payer une belle bagnole, un bel hôtel de département, ou je ne sais quoi encore ! Ceux-là n’en ont rien à foutre de la généalogie, et plus globalement de la culture ! Leurs intérêts personnels priment d’abord ! Alors ne venez pas me parler d’argent, c’est des foutaises ! Vous devez sans doute être un petit fonctionnaire zélé et susceptible qui se croit investit d’une mission supérieure aux autres pour sortir de pareilles sornettes, et je reste poli… Alors, si vous êtes incapable d’accepter la critique, il ne fallait pas répondre à mon commentaire. Dont acte.

Plan du site La Revue française de Généalogie