La généalogie icaunaise et alsacienne de France Gall

Catégorie : Célébrités, Yonne  |  le 07 Janvier 2018 par Jean-Louis Beaucarnot

France Gall

Née en 1947, à Paris, France Gall, qui portait à l’état civil le prénom d'Isabelle avait vu le jour dans une famille de musiciens.

Son père, Robert Gall (1918-1990), ancien élève du Conservatoire, était chanteur et parolier (auteur des Amants merveilleux, d’Edith Piaf, et de La Mama interprétée par Charles Aznavour).

Sa mère, Cécile Berthier, était d’une famille d’organistes, sœur de Jacques, auteur de nombreux chants de Taizé, et surtout fille de Paul Berthier (1884-1953), organiste de la cathédrale d’Auxerre et co-fondateur en 1908 de la Manécanterie des Petits Chanteur à la Croix de Bois.

Contrairement à nombre de people, sa généalogie n’a guère été travaillée. Geneastar n’en présente qu’une petite partie avec une seule branchette, côté maternel, la montrant descendre, par la famille Roguier, de Cruzy-le-Chatel, dans l’Yonne, d’un Jean Guillaume, dit de Courcelles, procureur fiscal au XVIIe siècle de la Seigneurie de Pimelles (Yonne), qui aurait pour arrière-grand-père un certain Jean de Courcelles, seigneur de Masson, né vers 1500 et qui aurait été le fils bâtard d’un seigneur de Tanlay, faisant descendre la chanteuse d’un tas de lignées de l’ancienne noblesses et ainsi des Hohenstauffen, des rois des Castille et des capétiens, avec notamment pour ancêtre le classique Louis VI le Gros…

Une généalogie maternelle très icaunaise. Les Berthier, s’étaient établis comme négociants à Auxerre sous la Restauration, avec Louis-Auguste, enfant de mère célibataire, qui avait épousé une demoiselle de magasin (Anne Ravin, fille d’un chirurgien des armées et maire de Lindry) et dont la famille était originaire de Charentenay, où elle est attestée depuis le XVIIe siècle. Avec aussi les Parquin : un arrière-grand-père industriel, donnant à la chanteuse des racines dispersées à travers de nombreuses régions, passant par Paris, avec des épiciers sous Louis XVI, mais aussi à Rouen, Senlis, Laon, le Nord (voir branche Lallemand, sur l’arbre Geneanet de Didier Hatt) ainsi que vers le Cher (Henrichemont, Bourges…) et le Loiret (Coullons…), présenté l’arbre Geneanet de C. Sauvagère.

Beaucoup moins connue, la famille paternelle, que j’ai explorée voilà quelques années, se révèle alsacienne, avec ses ancêtres cordonniers à Rosheim, sous Louis XV, avec pour plus ancien ancêtre connu Jean Georges Gall, marié dans cette ville en 1705. (voir pour les racines à Rosheim, la généalogie mise en ligne par Jacques Thonat qui est celle de Joseph Gall, frère de François (trisaïeul de France), lequel avait quitté l’Alsace pour Paris, où il s’était marié en 1858 et avait eu un fils représentant de commerce (marié au Mans en 1884 avec une Nivernaise, Éléonore Poitel) et un petit-fils, de même profession (Maurice Gall, le grand-père de France), qui s’était marié dans l’Yonne (avec une David, aux racines dans l’Yonne et l’Allier), avec lequel on se retrouvera à Auxerre pour boucler notre boucle, sachant qu’il reste encore plusieurs branches très mal connues (David, Colin, Poitel, Sauldois…), laissant bien des recherches à faire, pour qui souhaiterait creuser, avec peut-être quelques surprises à découvrir…

6 commentaires

Gautier le 13 Janvier 2018 à 12h10

Après vérifications, le grand-père paternel de France est mort à la guerre à l'âge de 28 ans. Et c'est sa femme (grand-mère de France) qui s'appelait David, de son nom de jeune fille. Il n'y a pas eu d'adoption.

Gautier le 13 Janvier 2018 à 11h53

France avait dit lors d'une émission, qu'elle n'avait pas connu son grand-père paternel, mort très jeune.
Au revoir France, une grande dame !

Plan du site La Revue française de Généalogie