Le casse-tête généalogique de Jean Castex

Catégorie : Célébrités, Gers  |  le 03 Juillet 2020 par Jean-Louis Beaucarnot

Jean Castex

Avec un patronyme porté par plus de 1.200 foyers français et un des prénoms les plus répandus en France, notre nouveau Premier ministre doit avoir pas mal d’homonymes...

Patronyme typique du midi pyrénéen, CASTEX a son pic de fréquence en Haute-Garonne, puis dans le Gers et le Lot-et-Garonne. Et de fait, les origines de Jean Castex vont nous conduire dans le Gers, département qui fait volontiers grimacer les généalogistes, du fait du retard de numérisation et de mises en ligne de ses archives d’état civil. De ce fait, explorer rapidement l’arbre généalogique de l’homme politique sera loin d’être simple, faute de pouvoir profiter des habituels effets magiques des arbres en ligne de Geneanet et des indexations de FILAE.

Peu de chose en ligne, donc, avec un début d’arbrisseau sur Gene@star et celui mis en ligne par Alain Ducaud faisant que les origines du nouvel hôte de Matignon restent quasiment totalement inconnues.

Ces deux arbres référencés montrent surtout ses attaches familiales en Armagnac, à Vic-Fézensac, ville où il est lui-même né et dont son grand-père paternel, Marc Castex (1914-2002) a été maire et sénateur, préparant ainsi la voie à la vocation de son petit-fils qui, aujourd’hui maire de Prades, dans les Pyrénées-Orientales, aime à ceindre lors de ses fonctions officielles l’écharpe tricolore qu’avait portée son aïeul.

Ces deux arbres montrent aussi une trajectoire familiale classique, avec notre énarque fils d’instituteur et petit-fils d’un concessionnaire en machines agricoles – le sénateur déjà cité, lui-même fils d’un forgeron de Marambat, village voisin de Vic, où il avait vu le jour, et où ces arbres donnent de très lointaines antériorités familiales, comme on en trouve dans d’autres communes proches (Roquebrune, Bazian…) avec notamment la lignée des GELAS, remontée jusqu’à un ancêtre maçon, né vers 1630, et qui détient ici le record d’ancienneté.

La mémoire familiale est donc surtout cristallisée sur Marambat, village natal du grand-père sénateur, qui s’enorgueillit d’avoir fourni deux maires à Vic-Fezensac, deux hommes qui étaient curieusement tous les deux fils de forgerons : le premier ayant été le colonel d’Empire Joseph Delom, le second donc, Marc Castex, fils d’Eloi Castex – un Poilu de 1914, mesurant 1m58 – dont le père, Paul Castex, était venu s’y marier avec la fille du forgeron du bourg, auquel il avait manifestement succédé.

Ce Paul Castex était natif de la ville voisine de Condom, à quelque 20 kilomètres au nord, et issu d’une famille comptant manifestement beaucoup de forgerons, à commencer par son père – l’arrière-arrière-arrière-grand-père du Premier ministre – nommé Joseph CASTEX et auquel les arbres généalogiques retrouvés s’arrêtent, pour avoir été établis avant que les Archives départementales du Gers n’aient commencé la mise en ligne des registres d’état civil.

En surfant entre les recensements et ces derniers, on arrive pourtant aujourd’hui à gagner une génération, en trouvant l’acte de mariage de ce Joseph CASTEX avec Marie LASSERRE, célébré à Condom en 1853 et le disant fils de Guillaume, cultivateur, âgé de 47 ans, et de Jeanne FITTE ou LAFITTE, couple recensé dans le hameau de Pijoulet (toujours à Condom) en 1872, où le mari est décédé en 1875.

On trouve ensuite le mariage de ce nouveau couple d’ancêtres (CASTEX/LAFITTE), en juin 1830, mais seules les tables décennales étant numérisées, on ne peut consulter l’acte lui-même. La directrice des Archives municipales de Condom, Anne Chatillon, ravie d’apprendre que le chef du futur gouvernement était originaire de la ville, a accepté de le consulter pour nous et j’entends donc la remercier vivement de son aide, de son accueil et de son estime.

Cet acte nous permet de savoir que Guillaume CASTEX, qui exerçait la profession de "traceur" ("traceur de pierres", autrement dit carrier) était né à Condom le 8 brumaire de l’an XIV (= 30 octobre 1805) et qu’il était fils de Bernard CASTEX et Thérèse FERRET et que sa femme, Jeanne LAFITTE, était alors "fille de service", autrement dit domestique. On s’arrêtera donc aujourd’hui à ce Bernard CASTEX, ancêtre à la huitième génération de Jean et lui aussi traceur de pierres, vivant dans le même hameau de Pijoulet.

Tout ce que l’on peut ajouter – en attendant mieux – est que le patronyme CASTEX, équivalent gascon et béarnais de "château" était présent de toute ancienneté dans la ville de Condom, où à la fois Mme Chirac et le Républicain Barbès avaient des ancêtres. Des CASTEX nombreux, dont deux prêtres, nés au XVIIIe siècle, dont un prêtre réfractaire, condamné à la déportation (Jean-Baptiste CASTEX, 1751-1847), et avec au moins deux couples mariés avant 1740 (Jean CASTEX / Catherine FOURTEAU et Pierre CASTEX / Françoise BIAGUÉ) ainsi que plusieurs CASTEX cités au XVIIe siècle et des (DE) CASTETS cités aux XVIe et XIVe siècle.

Bref, les généalogistes désireux de mieux connaître la généalogie de notre nouveau Premier ministre ne manqueront pas de grain à moudre, lorsque les registres paroissiaux du Gers auront été mis en ligne : une avancée annoncée pour l’horizon 2021/2022, à moins peut-être qu’un enfant du pays bien placé ne joue ici les "Fées Clochette"… Sachant que la famille de la mère du ministre – Nicole FONTANIER, récemment disparue et native de Béraut, dans le Gers, comme celles de ses grands-mères et arrière grands-mères restent à explorer, pour mieux connaître celui faisant aujourd’hui l’actualité, héritier d’un grand-père sénateur et d’ancêtres forgerons et traceurs de pierre. Une hérédité prometteuse…

8e génération

Bernard

7e génération

Guillaume

6e génération

Joseph

5e génération

Paul

4e génération

Eloi

3e génération

Marc

2e génération

Claude

1ère génération

Jean

Lire aussi :

5 commentaires

Bernard CANDELON le 24 Juillet 2020 à 11h46

Monsieur Herrou, je ne suis pas sûr que le retard pris par le Gers pour numériser ses archives soit imputable à l'Etat. Si c' était le cas, le Gers ne se retrouverait pas pratiquement le seul département dans cette situation. Je pense que la responsabilité est locale par des choix budgétaires et le choix d'autre priorités.
Il faut arrêter de rendre l'état responsable de tout...

HERROU Bernard le 24 Juillet 2020 à 09h26

Bonjour à toutes et à tous, Le problème en ce qui concerne les Archives Départementales du Gers, comme celles de toutes les Archives Départementales, en ce qui concerne la numérisation de tous les documents est financier. Nous avons des Présidents de la République depuis Jacques Chirac, incapables de lancer une une souscription nationale, internationale et de faire appel aux parrainages des Entreprises Industrielles et Commerciales pour financer la numérisation des documents se trouvant dans les Archives Départementales et Nationales. Un rapport "Pour Une nouvelle renaissance" publié en Janvier 2011, par 3 Sages d' Européana (dont Maurice Lévy, PDG de Publicis) (Secteur Culturel de l' Union Européenne), vous trouverez ce rapport sur notre site de Généalogie Familiale, en page "Informations":
http://www.herrou.eu/web/
Vous y trouverezaussi une lettre ouverte adressée au Président de la République Emmanuel Macron, sans réponse à ce jour, une lettre adressée à l' Association des Archivistes de France et à la Fédération Française de Généalogie. Bien entendu vous pouvez regarder les autres pages.
Cordialement,
Bernard Herrou

Plan du site La Revue française de Généalogie