Les origines ouvrières de Pierre Laurent, nouveau secrétaire national du PCF

Catégorie : Célébrités, Ain  |  le 21 Juin 2010 par Jean-Louis Beaucarnot

Les origines ouvrières de Pierre Laurent, nouveau secrétaire national du PCF

Né à Paris, Pierre Laurent, le nouveau secrétaire national du Parti communiste, est issu d'une famille ouvrière à la généalogie très classique.

Le grand-père, Charles Laurent, ajusteur, était né en 1896 à Montceau-les-Mines, où l'arrière grand-père, Jean, était mineur de fond. Un métier pénible, dans une ville où le contexte social était alors très lourd, avec face aux ouvriers une famille de patrons très intransigeants (les Chagot) qui conduira en 1899 à des grèves particulièrement dures. Un héritage qui a forcément beaucoup compté.
Au reste, l'histoire des Laurent est parfaitement représentative : l'arrière arrière grand-père (Léonard), briquetier, descendant d'une lignée issue de la petite paysannerie locale, dont les membres, manouvriers et journaliers, allaient de ferme en ferme, jusqu'à trouver les incontournables ancêtres laboureurs, plus stables, établis à Gourdon, toujours dans le « bassin minier », où l'on peut remonter jusqu'à Henry Laurent, né vers 1660/70 (époux de Marie Vaché, et sans doute fils de Jean et de Jeanne Monnier).

Pour être originaire de cette région (avec entre autres des quartiers Dauphin, Chandat, Pierre, Ducerf, Demolaise, Poissonnet, Desserle, Prost, Boulisset/Bolusset, Degueurce, Charollois, Duverne, Chaillet, Bertier, Jo(u)rdery, Doyen, Lassibille, Lagrue…), Pierre Laurent va cousiner de loin et plusieurs fois avec l'ex-ministre cosmonaute, la Chiraquienne Claudie Haigneré, avec Alain Duverne, le génial créateur des marionnettes des Guignols de l'Info, comme sans doute avec l'élu vert parisien, Yves Contassot.

Plus curieusement, un aïeul à la 12e génération, Benoît Chofflet, contrôleur au Greniel à sel de Mont-Saint-Vincent, né vers 1570, le fera descendre – par les Alixand – à la fois des Bauffremont et des Rabutin, d'où une parenté éloignée avec Sainte Jeanne-de-Chantal et sa petite-fille, Mme de Sévigné…
Pour le reste, un enfant des Hospices de Lyon donnera des racines dans l'Ain (Curnillon, Pernet, Duby, Nalet…, à Certines, La Tranclière), et du côté maternel Pierre Laurent aura des origines diverses avec les Rougiès, apparemment originaires du Lot, des racines dans le Nord et en Belgique (Lesage, Ochin, Martin, Dehem : voir ici les données déposées par Christian Delebarre sur GeneaNet) et d'autres enfin à Nancy, qui conduiront à la fois en Moselle (Ancerville, Oriocourt : Sibille, Juville, Fournier, Piquelle, Camus, Artus…) et au Luxembourg (Wallendorff, Dondelinger, Staudl, Koemgen…).

Le Bassin minier du Creusot/Montceau, la Lorraine et le Nord, tout est ici très généa.. « logique » !

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie