Challenge Tarlan : vos indices sur l'avion

Catégorie : Challenge Tarlan  |  le 27 Juin 2018 par Pierre-Valéry Archassal

Challenge Tarlan : Avion

Suite à l'appel publié sur notre site Internet et dans La Revue française de Généalogie n° 235, vous nous avez adressé d'intéressantes pistes de recherche pour identifier l'avion.

Jean-Marie Chaffort pense que "l’appareil est un Vickers Wellington qui équipait l’Armée de l’Air après-guerre surtout sur la BE 705 Cazaux qui formait les navigateurs, les bombardiers et les mitrailleurs."

Michel Nicol voit plutôt un "Douglas C47 dont la dénomination civile est DC3. Bien connu du grand public pour avoir participé pendant la Seconde Guerre mondiale aux largage des troupes aéroportées le 5 juin 1944, un certain nombre de cet avion de transport avait été reversé à l’armée française après-guerre."

Pour un autre passionné, René-Pierre Ladame, "il s’agit sans doute d’un Bristol BeaufighterMk I, reconnaissable à son train d’atterrissage et aussi à la prise d’air au-dessus du moteur tournant avec un cône d’hélice."

Les comparaisons que nous avons pu faire avec des images anciennes de ces avions trouvées sur Internet semblent confirmer cette dernière hypothèse.

Challenge Tarlan Avion

Lire aussi :

1 commentaire

SAVIGNAC le 27 Juin 2018 à 12h05

Cet avion ne peut pas être un Bristol Beaufighter Mk I. Le moteur équipant l’avion (Bristol Hercules) ne possède pas la petite prise d’air sous le moteur. D’autre part le cockpit de l’avion est légèrement en retrait des nacelles moteur et devrait être visible sur la photo. Le ventre de l’appareil sur cette image est légèrement incurvé, ce qui n’est pas le cas du Beaufighter.

Ce n’est pas un Douglas DC3 ou C47 Dakota car le moteur ne correspond pas au moteur en étoile Wright R-1820 ou Pratt & Whitney. D'autre part le train d’atterrissage est plus fin et plus haut que sur l’appareil de la photo. La silhouette est très caractéristique et ne correspond en rien à l'avion présenté.

La théorie du Vickers Wellington est plus plausible.

Plan du site La Revue française de Généalogie