Le tourisme mémoriel se porte bien

Catégorie : Histoire, Calvados  |  le 27 Mai 2011 par Véronique Tison

Premières assises du tourisme de mémoire

La disparition des derniers témoins de 1914-1918 n’empêche pas le tourisme mémoriel de bien se porter en France, comme le montre une enquête sur le poids économique de cette filière.

Depuis 30 ans, les lieux de mémoire consacrés aux guerres de 1870, 1914-1918 et 1939-1945 se multiplient et rencontrent un succès croissant, selon une étude du cabinet Traces TPI publiée à l’occasion des premières Assises du tourisme de mémoire qui se sont tenues le 26 mai au Sénat.

En 2010, les sites marchands, c’est-à-dire à entrée payante ou disposant de services annexes payants (boutique, restauration, séminaires), ont enregistré 6,2 millions d’entrées pour un chiffre d’affaires total de 45 millions d’euros. En tête du classement, le Musée de l’armée aux Invalides – qui a des salles consacrées à la période 1871-1945 – a reçu 1,2 million de visites, devant deux sites normands, le Mémorial de la Paix de Caen (375.000 visites) et le Musée du débarquement d’Arromanches (330.000).

La clientèle étrangère a représenté 45% de la fréquentation totale, provenant pour l’essentiel de Grande-Bretagne, d’Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas et des Etats-Unis. 60% des visites ont été le fait de particuliers ; les scolaires ont représenté 24% des entrées et les militaires ou anciens combattants 4%.

Ces sites ont généré 1.050 emplois en équivalent temps plein l’an dernier et leur activité a mobilisé au total 3.000 personnes, dont 1.000 bénévoles.

L’enquête, commandée par le ministère de la Défense en partenariat avec le ministère de l’Economie et l’agence Atout France, a porté sur 155 sites mémoriels disposant de données de fréquentation. Signe de leur dynamisme, 80% d’entre eux ont ouvert après 1980, dont 25% dans les années 2000. Mais les sites payants, souligne l’étude, représentent moins de 20% de l’ensemble de l’offre.

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie