Vendée : le mystère du pli cacheté résolu 100 ans après

Catégorie : Histoire, Vendée  |  le 01 Novembre 2018 par Guillaume de Morant

Le Dr Marcel Baudoin aimait entretenir le mystère. Et le moins que l'on puisse dire est qu'il a réussi son coup. Ce savant né en 1860 et décédé en 1941 a tenu en haleine durant... 100 ans tous les archéologues s'intéressant de près ou de loin à l'histoire de la Vendée ! C'est le journal local Le reporter Sablais qui nous révèle et raconte cette étonnante histoire.

Il y a 100 ans, le 14 octobre 1918, l'Académie des Sciences (à Paris) a reçu un pli cacheté envoyé par le docteur Marcel Beaudoin. Selon cette procédure qui remonte à la fin du XVIIe siècle, un chercheur ou un inventeur peut prendre date quant à une découverte scientifique ou l’invention d’un procédé. Cette démarche n’assure aucun droit commercial ou financier et se distingue du dépôt d’un brevet. Et selon la règle de l'académie des Sciences, cette enveloppe scellée ne pouvait être ouverte au moins avant un siècle.

C'est donc le lundi 15 octobre 2018 (le 14 étant un dimanche) que la Commission des plis cachetés de l'Académie des Sciences a procédé à l'ouverture et à la lecture des deux lettres dont celle d'accompagnement. Le Dr Baudoin y décrit une découverte faite en 1913, celle d’une station préhistorique sous-marine à Saint-Gilles-sur-Vie, à l’embouchure de la Vie. A marée basse, il y a réalisé des fouilles pendant 5 ans. Il est certain d'y avoir découvert un atelier de taille du début du néolithique.

Sous les alluvions, il a trouvé un dépôt de silex, nettement taillés par l’homme, d’une forme spéciale qu’on dénomme des Pierres-Figures. Il s’agit d’ébauches de statuettes en pierre représentant des animaux. Marcel Baudouin indique que c’est la première fois que l’on découvre un tel dépôt au milieu d’une station préhistorique. Il y a 100 ans, le savant écrit : « La trouvaille du Port de St-Gilles-sur-Vie ouvre des horizons nouveaux en ce qui concerne la véritable origine et l’époque d’invention de la sculpture sur pierre moderne, les paléolithiques ne paraissant pas avoir jamais réalisé des statuettes de cette sorte, malgré leur talents artistiques incontestables et leurs tentatives sur os. »

Problème, cette découverte semble être restée secrète pendant tout ce temps, même si Marcel Baudoin en avait dévoilé une partie dans un article paru en mars-avril 1919 dans la Revue anthropologique. Personne n'a jamais été fouiller à nouveau cet endroit décrit par cet original chercheur vendéen. Une exposition sur son oeuvre a lieu jusqu'au 19 décembre 2018 à la Barre-de-Monts permet de mieux comprendre sa démarche intellectuelle.

Liens

1 commentaire

RBG le 1 Novembre 2018 à 13h46

Bonjour,
Si je puis me permettre mais l'expression "Personne n'a jamais été fouiller [...]" est erronée. On devrait écrire "Personne n'est jamais allé fouiller".

Plan du site La Revue française de Généalogie