Ernest Moussu, caporal fourrier

Catégorie : Hommage 14-18, Aisne  |  le 26 Mai 2018 par Jean Moussu

Mon grand-père, Ernest Moussu, né en 1880 à Ribemont (Aisne), a 34 ans en 1914. Son épouse, Charlotte en a 29 ans. Ils ont deux enfants : un fils, né en 1908 et une fille, née le 23 avril 1914, qui a donc trois mois au début de la guerre.

Ernest Moussu s’est d’abord retrouvé à Amiens au 328e régiment d'infanterie de réserve d'Abbeville. Il a quitté Amiens le 30 août 1914 pour se rendre à Nantes, en passant par Rouen, Le Mans et Angers. Il est resté à Nantes jusqu’au mois de septembre 1916, époque à laquelle il a été versé dans l’infanterie. Après avoir passé trois visites, il a en effet été reconnu apte à l’infanterie par la commission des trois majors, en février 1916. Il était caporal fourrier au 65e régiment d'infanterie 29e compagnie. Il a participé aux combats de Tahure et Verdun. Il a été démobilisé au 57e régiment d'infanterie à Libourne.

Avec l’avancée allemande en Picardie, Charlotte avait été évacuée en Belgique en mai 1917, où elle devait mourir quelques mois plus tard à 32 ans, probablement d’une insolation. Les enfants seront alors recueillis par leur grand-mère maternelle et seront rapatriés en France à Libourne en juin 1918, via la Suisse, grâce à la Croix-Rouge, où leur père pourra enfin aller les voir, à l’occasion d’une permission. Il ne les avait pas vus depuis quatre ans !

Ernest Moussu et sa femme (Personnalisé)

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie