Florian Desfrançois, juge

Catégorie : Hommage 14-18, Haute-Garonne  |  le 17 Décembre 2018 par Philippe Van Mastrigt

Mon grand-père Florian Desfrançois, né en 1884 à Saint-Martory (Haute Garonne), vient d’être nommé en poste en Indochine comme magistrat colonial quand la guerre éclate en août 1914. Bien que réformé, il s’engage comme volontaire et rejoint en 1915 le 404e RI. Nommé sergent puis sous-lieutenant, il est blessé sur la Somme 15 jours avant l’offensive du 1er juillet 1916.

Amputé de la jambe droite, il rencontre au Val de Grace, à Paris ma grand-mère Isabelle Barberot, infirmière volontaire. Ils se marient en 1917. Après un départ vers l’Indochine, sa blessure l’oblige à rentrer au bout de deux ans. Il devient juge à Arras puis à Boulogne-sur-Mer, où nait ma mère en 1931. Il ne parlait jamais de sa guerre, ni des circonstances de sa blessure.

Ma mère se souvient de la peau de mouton qu’il portait dans son bureau, souvenir des tranchées. Sur son habit de magistrat, il arborait aussi ses décorations 14-18 : Légion d’Honneur, Croix du Combattant Volontaire, Médaille Interalliée et Médaille de la Grande Guerre. Entre 1940 et 1944, il assure le fonctionnement du tribunal sous les bombardements réguliers des Anglais, et utilise son prestige d’ancien combattant mutilé et sa maîtrise parfaite de l’allemand pour tenir l’occupant à distance. Il meurt en 1956.

Ce n’est qu’en juillet 2012 que j’ai pu indiquer à ma mère les circonstances de sa blessure, en consultant son dossier à Vincennes. Il avait été blessé par accident par un autre officier, qui manipulait son revolver.

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie