Georges Cumer, enfant placé

Catégorie : Hommage 14-18, Paris  |  le 11 Juillet 2018 par Alain Tréfier

Mon grand-père maternel, Georges Cumer est né à Paris en 1885 de père inconnu. Abandonné par sa mère, il est placé à l’âge de trois ans à Nédon, petit village du Pas-de-Calais. Il y occupera des emplois de domestique de ferme et de journalier, avant de devenir mineur de fond.

Il est marié et père de deux enfants, dont ma mère, quand il est mobilisé le 03 août 1914. Il rejoint le 162e régiment d’infanterie stationné à Verdun et y reçoit trois citations pour faits de guerre personnels (division, corps d’armée et armée). Blessé grièvement à l’avant-bras droit, il est évacué le 11 septembre 1915. En 1916, on le retrouve à Biaches, où il participe à la bataille de la Somme, qui fut la bataille la plus meurtrière de cette guerre. Le 16 février 1616, il est fait prisonnier, il est interné d’abord au camp de Dülmen, puis à Sennelager, dans le nord de l’Allemagne. Après l’armistice, il est rapatrié en France le 31 décembre 1918.

Pour ce conflit, il a obtenu la médaille militaire, la Croix de guerre avec deux palmes et deux étoiles, la Croix du combattant, la médaille commémorative 14-18, la médaille interalliée et la médaille de Verdun.

Le reste de sa vie est consacré à la culture de quelques hectares de terre à Burbure. Il s’éteint le 20 août 1963 à l’âge de 78 ans.

Voilà l’histoire d’un soldat qui a fait son devoir avec honneur et bravoure, puis il est rentré chez lui et a continué sa vie sans jamais parler beaucoup de ce qu’il avait vu et de ce qui s’était passé pendant ces quatre années. Ce sont mes recherches généalogiques qui m’ont appris tous ces détails.

Cumer René Georges 1885-1963 (4)

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie