Louis-Marie Fretellière, forgeron

Catégorie : Hommage 14-18, Maine-et-Loire  |  le 08 Octobre 2018 par Michel Bertrand

Mon grand-père maternel est né le 15 mars 1882, à Coron, Maine & Loire.

Il est mobilisé le 11 août 1914, il a alors 32 ans. Il est forgeron à Martigné-Briand, et a deux enfants, un garçon de 3 ans et une fille (ma mère) de 1 an.

Il rejoint son régiment d’affectation le jour même, c’est le 77e Régiment d’Infanterie qui bivouaque du côté de Millery, au nord de Nancy.

Il prend part à la bataille de la Marne. C’est lors de ces combats meurtriers qu’il est cité à l’ordre du IXème corps d’armée, dans les termes suivants : « Le général commandant le 9e corps, a porté à l’ordre du corps d’armée le 77e d’infanterie et la batterie du 49e d’artillerie pour l’énergie et l’entrain avec lesquels ces unités ont mené l’attaque du château de Mondement…. L’enlèvement de cette position par le 77e a eu une influence des plus heureuses sur le résultat de la journée. »

Puis son régiment participe à la bataille d’Ypres. C’est lors des jours terribles de novembre alors que les effectifs sont très réduits, que les Allemands portent une attaque très violente. Les pertes sont conséquentes, Louis Marie Frétellière est grièvement blessé à l’abdomen par un éclat d’obus.

Le brancardier Retailleau raconte : « Cette journée du 12 a été fatigante et pleine d’angoisse pour nous. Après la soupe, nous retournons, tous les brancardiers, dans les tranchées car les blessés sont très nombreux au 77e. … Les balles sifflent avec rage au-dessus de nous, nous arrivons en rampant jusqu’aux tranchées. …Quelle besogne ! Mon dieu ! Les chemins sont défoncés, il fait tellement noir que nous ne voyons pas plus loin que le bout de notre nez. Par instant, nous nous enfonçons dans la boue jusqu’aux genoux. Enfin, jusqu’à 4 heures du matin nous n’avons cessé de transporter des blessés. … »

Louis Marie est évacué vers l’hôpital n°13, à Vlamertinghe, en Belgique. Il y mourra le 25 novembre, et sera inhumé sur place à cette époque. Après la guerre, la sépulture sera transférée vers la nécropole nationale de Notre Dame de Lorette, à Saint-Ablain, dans le Pas-de-Calais. Tombe individuelle : Carré : 8 – Rang : 3 – N° 1489.

Son nom figure sur le monument aux morts de la commune de Martigné-Briand.

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie