Pierre Berrodier, courage et sang-froid

Catégorie : Hommage 14-18, Ain  |  le 05 Janvier 2019 par Daniel Berrodier

Pierre Marie Victor Berrodier, mon grand-père, naît le 26 avril 1896 à Saint-Trivier-de-Courtes (Ain).

Le 9 avril 1915, il est incorporé au 7e Bataillon du Génie à Besançon ; sa campagne contre l'Allemagne va durer quatre années.

Le 24 octobre 1916, au sein de la Compagnie 19/2, plus précisément du 4e Régiment de marche de Zouaves, il participe à la reprise du fort de Douaumont ; cette offensive représente une première et grande victoire de l'armée de Verdun ; lors de l'assaut final il est blessé par balle.

Le 22 avril 1917, au Chemin des Dames, il fait preuve de sang-froid et de courage au cours d'une reconnaissance souterraine qui permet de recueillir de précieux renseignements sur l'ennemi. Cet acte de bravoure lui vaut sa première citation à l'Ordre du 4e Régiment de marche de Zouaves.

Le 23 octobre, le 4e Régiment de marche de Zouaves s'élance à l'assaut du fort de la Malmaison, position hautement stratégique du Chemin des Dames.

Début 1918, mon grand-père cantonne aux alentours d’Épernay ; c'est en la capitale du Champagne qu'il rencontre celle qui deviendra sa future épouse.

Courant mai, une nouvelle bataille s'annonce pour lui : la seconde bataille de la Marne. Le 18 juillet, tous les éléments de la 38e division d'infanterie sont rassemblés du côté de Villers-Cotterêts ; mon grand-père a pour mission la réfection des points de passage, le tout sous un violent bombardement d'obus. Blessé par un éclat d'obus au-dessus de l'œil gauche, il est cité à l'ordre de la 38e division d'infanterie pour son travail mené aussitôt après le bond en avant et sous un violent bombardement, pour la remise en état des communications en terrain conquis.

Le 17 août 1919, il est mis en congé de démobilisation. Le 26 août, il épouse sa jeune sparnacienne de 21 ans.

Il reçoit la Croix de guerre en 1918, la médaille militaire en 1928, puis est fait Chevalier de la Légion d'honneur en 1975. Mon grand-père décède le 20 mars 1978 à Épernay à l'âge de 81 ans, bressan dans l'âme et champenois de coeur.

1 commentaire

CORINNE VALETTE née SAINTOT le 12 Mai 2019 à 17h46

Bonjour Daniel,
Je suis la fille de Jeannine, la plus jeune soeur de ton père. Merci à toi pour tous ces détails sur cette période de la vie de notre grand-père.
Bien affectueusement à toi, à Martine et à mon oncle Maurice
Ta cousine Corinne

Plan du site La Revue française de Généalogie