Filae ressuscite les mariages parisiens anciens avec la collection Andriveau

Catégorie : Médias Web, Paris  |  le 14 Mars 2018 par Guillaume de Morant

Voilà une belle avancée que propose Filae à ses abonnés : venez consulter les actes de mariage des parisiens, indexés entre 1613 et 1805. Ceux qui ont des ancêtres dans la capitale connaissent bien les difficultés pour reconstituer leur lignée. En effet, en 1871, la quasi-totalité de l'état civil et des registres paroissiaux est partie en fumée, à cause de la fureur des Communards contre les institutions.

Ces incendies ont fait disparaître à jamais les registres originaux, rendant quasiment impossible les recherches généalogiques à Paris pour les XVIIe et XVIIIe siècles. Certes des reconstitutions ont été opérées, mais elles ne reconstituent qu'une faible partie des actes détruits. Reste la solution des copies des registres réalisés avant 1871 par des généalogistes successoraux, dans le but d'aider les notaires dans les recherches d’héritiers et le règlement des successions.

Deux collections particulièrement intéressantes existent, Filae vient de numériser et d'indexer la plus ancienne, celle réalisée par l'étude généalogique Andriveau. Entre 1830 et 1860, ce cabinet parisien (qui existe toujours) a envoyé une petite équipe de scribes parcourir la capitale afin d’inventorier de manière très précise les registres paroissiaux et d’état civil de Paris. Ce travail d’inventaire prit la forme de fiches manuscrites, c'est celles-ci qui ont été numérisées et dont les noms, dates et lieux ont été indexés par Filae.

Cela constitue un fonds privé unique de près d’un million de fiches recensant plus de 2,6 millions de personnes ayant vécu aux XVIIe et XVIIIe siècles et citées dans les actes de mariage : les époux bien sûr, mais également les parents ou les précédents conjoints lorsqu’ils ont été indiqués.

A noter que les originaux du fonds Andriveau sont conservés par le cabinet Andriveau. Les Mormons dans les années 1980 ont obtenu le droit de microfilmer ces précieuses fiches. Mais les microfilms Andriveau ne sont accessibles qu'à Salt Lake City et de toutes les façons, contrairement à Filae, rien n'est indexé. Filae a notamment procédé à un gros travail de transcription des abréviations utilisées pour les paroisses.

Dans cette période de lancement de ces mariages parisiens interrogeables par noms, Filae qui est un portail payant, propose un essai gratuit sans carte bancaire et sans engagement pour permettre à chacun de partir en quête de ses racines parisiennes.

Liens

Vidéo de présentation :

Ce guide de La Revue française de Généalogie peut vous intéresser : Les 20 meilleures bases de données avec un zoom notamment pour réussir ses recherches sur Filae.

10 commentaires

Pierre Le Clercq le 27 Mars 2018 à 16h11

Il n'est pas question ici d'esprit chagrin ou non. Je répète que la mise en ligne par Filae.com de l'un des DEUX fichiers Andriveau est une bonne chose, mais lorsque l'on a déjà consulté l'AUTRE fichier Andriveau à Salt Lake City, qui est filiatif, on est nécessairement déçu. Si l'on connaît déjà un couple que l'on recherche, on peut le trouver dans le fichier Andriveau mis en ligne par Filae.com, mais on n'obtient ni le nom des parents ni le lieu et la date de baptême des conjoints. En revanche, si l'on recherche comme moi tous les natifs de l'Yonne mariés à Paris, ce que je fais depuis plus de vingt ans, on ne peut malheureusement pas le faire avec le fichier non filiatif de Filae.com. Il faut continuer à se rendre à Salt Lake City pour des travaux d'envergure qui dépassent, très largement, le cadre d'une petite recherche isolée sur un couple particulier dont on connaît déjà les deux conjoints.

Michel Vanwelkenhuyzen le 27 Mars 2018 à 12h28

Il est malheureux que, même dans le monde des généalogistes, il y ait tant d'esprits chagrins qui critiquent les projets des autres : personnellement, grâce à cette nouvelle base de données Andriveau, j'ai trouvé trois mariages sur lesquels je butais depuis 30 ans !

Plan du site La Revue française de Généalogie