Les registres d’état civil européen de l’Algérie 1830-1904 sont sur Filae

Catégorie : Médias Web, Algérie, Maroc, Tunisie  |  le 25 Mai 2018 par Guillaume de Morant

Nouveau bond en avant pour Filae : le portail de généalogie propose désormais l’état civil des européens vivant en Algérie entre 1830 et 1904. Il s'agit de l'état civil des premiers colons, puis de leurs descendants puisque certains sont restés temporairement, mais d’autres ont fait souche. La consultation des registres est intéressante pour connaître le lieu d’origine des colons, France, Espagne, Italie ou d'ailleurs.

Dans le détail, cet état civil de 1830 à 1904 représente plus de 1,4 million d'actes de naissances, mariages et décès des européens vivant en Algérie. Les deux tiers des registres ont été numérisés et transcrits. Certaines communes ne sont donc pas consultables, en totalité ou en partie. Si ces registres ne concernent que les Européens, il faut savoir que des registres séparés étaient tenus à part pour les populations autochtones, on parle même à l'époque de l'état civil indigène, instaurés par la loi du 23 mars 1882. Un nom de famille est alors choisi. Il faut donc écrire aux communes qui détiennent les registres. Les archives nationales d'Algérie détiennent aussi des registres sur microfiches.

Cet état civil des européens a une longue histoire, les registres sont tenus dès les débuts de la conquête de l’Algérie en 1830. L'Algérie devient un département français en 1848 et le territoire est divisé en trois provinces : Oran, Alger et Constantine. Une migration européenne a commencé dès 1830 d’où la constitution d'un état civil pour enregistrer les naissances, les mariages et les décès des colons.

Lors de l’indépendance en 1962, les registres d'état civil restent en Algérie mais une partie, environ les deux tiers, a pu être microfilmée entre 1967 à 1972. Les microfilms sont conservés aujourd'hui aux archives nationales d’outre-mer. Ces derniers ont été numérisés et mis en ligne. En 2003, une indexation patronymique des images numérisées a été réalisée à l'initiative du Ministère de la Culture.

Avant 1830, les actes d’état civil sont établis par le Consulat. Les documents sont aujourd’hui conservés au centre des archives diplomatiques de La Courneuve. Pour la période récente de moins de 100 ans, il convient de consulter les archives conservées à Nantes. Si les registres européens n'ont pas été numérisés, une recherche sur place est nécessaire. Pour les catholiques, certaines archives paroissiales ont été conservées et se trouvent en France. Les archives de catholicité du diocèse d'Oran sont au monastère de Taulignan, celles du diocèse de Constantine au monastère de la Visitation, quant à celles du diocèse d’Alger, elles se trouvent au monastère des Clarisses de Nîmes.

Liens

4 commentaires

Trinotine le 2 Juin 2018 à 15h36

Filae a til tout copié sur Internet, ou demandé les données auw Anom ?

Entrez votre nom le 26 Mai 2018 à 18h06

Franck Tomi : Ils n'ont indexés que ceux d'avant 1904, c'est-à-dire, ceux qui sont déjà indexés sur le site des ANOM. :-/

Plan du site La Revue française de Généalogie