MyHeritage a vendu 1 million de kits ADN en 2017

Catégorie : Médias Web  |  le 08 Février 2018 par Guillaume de Morant

Le patron de MyHeritage a fait ses comptes : 1 million de kits ADN ont été vendus en 12 mois, a t-il détaillé dans un article publié fin janvier par le magazine Techcrunch. Gilad Japhet avait vu juste, le test ADN est bien devenu le cadeau que l'on glisse sous le sapin : ce sont près de 400.000 tests ADN qui ont été vendus juste avant les fêtes 2017. A titre de comparaison, fin 2016, au moment du lancement de cette nouvelle offre, 36.000 trousses avaient été vendues en novembre et décembre 2016, ce qui était déjà un succès étonnant.

Ces tests ADN rendent à leurs utilisateurs deux services. Vous obtenez d'abord une vue détaillée de vos origines anciennes (les américains ne s'embarrassent pas de complexes et disent origine ethnique). C'est une carte géographique sur laquelle apparaissent sous forme de pourcentages les régions d'où viennent vos ancêtres (actuellement 42 régions possibles chez MyHeritage). Graphique et ludique, mais finalement peu utile à la recherche généalogique.

Plus intéressant est le deuxième service rendu par l'ADN : permettre des comparaisons avec les profils d'autres utilisateurs, afin de découvrir des liens de parenté inattendus, des cousins éloignés ou proches. Dans des cas extrêmes, des frères ont pu être réunis, des enfants abandonnés ont pu retrouver un ou leurs deux parents, des énigmes historiques ont pu être résolues... Voilà pour les utilisateurs.

Évidemment du côté des entreprises de généalogie, on voit le nouveau service rendu au client et on se félicite aussi de ces chiffres qui donnent le tournis : chez MyHeritage, les recettes tirées de la vente de kits ADN se sont élevées à 58 millions de dollars, plus des deux tiers du chiffre d'affaires provenant des autres activités généalogiques plus traditionnelles ! Avec son demi-million d'abonnés payants, l'opérateur international a annoncé 75 millions de dollars de revenus en provenance de ses abonnés, un chiffre là aussi en forte augmentation, une activité tirant l'autre et vis versa.

Et en France ? Contrairement aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne, la Suisse, ou même à la Belgique, la vente de kits ADN reste pour l'instant interdite. Les offres qui ciblent directement des citoyens français (et on commence à en voir sur le Web) sont en principe interdites. Mais la digue pourrait bien lâcher, car l'inverse est parfaitement autorisé. En effet, rien n'empêche un Français de commander un kit à l'étranger, de renvoyer un échantillon de salive et de consulter les résultats par Internet...

Quand on voit les chiffres de MyHeritage, le manque à gagner d'opérateurs et de laboratoires français est flagrant, eux qui auraient tout le savoir-faire pour proposer ce type de tests. Mais ce n'est pas pour ces raisons mercantiles que l'auteur de ces lignes a lancé il y a quelques mois une pétition sur Change.org afin de peser sur le pouvoir politique pour obtenir un changement de la loi. Les résultats de ces tests sont vraiment étonnants et plus les généalogistes en passeront, plus les possibilités de retrouver des liens de parentés augmenteront. Ce serait bien dommage que les généalogistes français passent à côté d'une telle révolution...

Liens

3 commentaires

Quid des données? le 16 Mai 2018 à 09h15

Le souci que je vois, c'est plutôt celui de la confidentialités et de l'utilisation des données une fois celles-ci recueillies.

Coucou le 16 Mai 2018 à 09h12

Des liens bâtis sur le mensonge et le non-dit...pour ce que j'en sais, l'enfant a tout intérêt à connaître la vérité pour pouvoir se construire sur des bases saines. Même si cela doit demander un certain rééquilibrage.

Plan du site La Revue française de Généalogie