Québec : lancement d'une base de données des avis de décès

Catégorie : Médias Web, Canada (Québec)  |  le 12 Décembre 2017 par Guillaume de Morant

Très active sur le Net, la Fédération québécoise des sociétés de généalogie vient de lancer une nouvelle base de données, celle des avis de décès. Elle recense plus de 800.000 avis de décès publiés depuis 1997 par l'entremise de salons funéraires, des journaux régionaux et des quotidiens. Elle est alimentée à partir d'avis publiés en ligne par La Presse, Le Soleil, Le Nouvelliste, Le Droit, La Tribune, Le Quotidien et La Voix de L'Est.

Un moteur de recherche performant permet de réaliser des requêtes sur de multiples champs : le nom et le prénom, mais aussi la date présumée du décès (après/avant telle date), la date de parution de l'annonce (après/avant telle date). On peut aussi rechercher par le nom/prénom des parents ou par mots-clés. Bonheur des analystes, cela ouvre la porte à toutes les recherches, par exemple sur la fréquence d'un prénom (on peut lister tous les défunts portant n'importe quel nom ou même prénom), faire des statistiques, des courbes de décès, etc. Le tout gratuitement et sans publicité. Un bouton Imprimer permet également de sauvegarder chaque annonce nécrologique.

Au Québec, sans généraliser le propos, les avis de décès semblent riches en informations et en détails sur la vie du défunt. Outre des photos quasi-systématiques, on y trouve par exemple l'état civil complet avec le nom des parents, même pour une personne décédée âgée, le lieu de résidence, les noms de toute la fratrie, époux-épouse, enfants, petits-enfants, frères et soeurs, beaux-frères, belles soeurs, oncles et tantes, neveux et nièces... Des informations encore plus personnelles figurent en toutes lettres, par exemple les causes du décès : maladie, suicide, accident. En France, à la lecture des systèmes identiques (Dans nos coeurs, LibraMemoria, Avisdedeces.net, etc.), la pauvreté des annonces saute aux yeux...

Liens

4 commentaires

Octuorseptuor le 13 Décembre 2017 à 12h10

@Guillaume de Morand Pourtant, on trouve sur votre site " l'autorisation unique de la CNIL AU 029 du 12 avril 2012 qui, par exemple, rend un acte de décès non publiable avant 25 ans sur Internet, alors qu'il est consultable immédiatement dans les services d'état civil". Bien entendu la publication par les proches dans la presse y échappe, mais si une fédération de généalogie voulait faire la même chose en France elle serait obligée de demander à la Cnil ?

Guillaume de Morant - RFG le 13 Décembre 2017 à 08h49

@Vedene : La protection de la vie privée s’éteint dès la première minute du décès. Et la protection des proches ? Ce sont eux-mêmes qui décident de publier ou non une annonce avec telle ou telle information. Il n’y a aucun obstacle juridique.

Plan du site La Revue française de Généalogie