Vers un rapprochement entre Filae et Geneanet ?

Catégorie : Médias Web  |  le 26 Juillet 2018 par Charles Hervis

Geneanet Filae

L’assemblée générale de Filae a réservé une surprise de taille aux actionnaires : la présence de Jacques Le Marois, président-directeur général du Geneanet, son principal concurrent français. Ce 28 juin 2018, il représentait Trudaine Participations, qui a récemment acquis 25 % du capital de Filae. Cette jeune société par actions simplifiée à associé unique, créée en avril 2018, est "détenue à plus de 30 % par la société Geneanet", selon les informations communiquées le jour-même.

"Nous avons profité d’une opportunité : un actionnaire de Filae voulait sortir", indique Jacques Le Marois. Qui était cet actionnaire ? Un fonds commun de placement arrivé au terme de son engagement, selon Filae. Cette opportunité représente un investissement évalué à plus de 2,4 millions d’euros (pour un cours de l’action à 5,50 euros).

Si le président de Geneanet n’a pas souhaité en dire davantage sur ses intentions lors de l’assemblée générale, il concède que cette position minoritaire dans Filae peut "faciliter les partenariats. Filae a fait un énorme investissement dans les bases de données : état civil du 19e siècle, recensement, [collection] Andriveau… Pourquoi ne pas envisager que les abonnés de Geneanet en bénéficient ?" Tout en soulignant dans la foulée que "cela ne présage de rien. Tout partenariat ne peut se faire qu’avec la volonté des deux sociétés."

Du côté de Filae, qui revendique plus de 36.000 abonnés à la fin juin, on fait bonne figure : "C’est la preuve de l’intérêt de notre modèle, son président-directeur général, Toussaint Roze. Tout ce qui peut aider Filae à grandir est bénéfique." Sans en dire plus sur cette nouvelle entrée dans le capital ou sur les perspectives de partenariat.

Ce rapprochement entre les deux principaux acteurs généalogiques français s’inscrit dans un contexte international tendu. L’appétit des géants, tel Ancestry, ou MyHeritage, est grand, même si leur attention porte davantage, actuellement, sur la vente de kits ADN et la constitution de base de données ad hoc. Un domaine auquel s’intéresse de plus en plus Geneanet…

Lire aussi :

6 commentaires

Catherine DOBIGNY le 4 Novembre 2018 à 12h13

J'ai fais un essai gratuit et un mois payant sur filae . très déçue, je n'ai rien obtenu de mieux que sur généanet ou je suis abonnée.

Samuel Will le 21 Octobre 2018 à 09h55

Dès lors que l'on fait du commerce sur le dos de ce qui ne nous appartient pas, comme entre autres les liens de familles; - il y a perversion !
La généalogie est d'une grande noblesse, mais en faire du commerce, c'est plus qu'abject.

Plan du site La Revue française de Généalogie