Volée il y a 450 ans, une charte médiévale rachetée aux enchères aux USA

Catégorie : Médias Web, Aisne  |  le 10 Octobre 2019 par Guillaume de Morant

C'est un petit parchemin qui mesure 35 cm sur 28, mais son histoire est plus exceptionnelle que sa taille. Ecrit en 1181 de la main de Nivelon de Chérisy, évêque de Soissons, ce document était resté dans les archives de l'abbaye cistercienne de Longpont jusqu'à sa disparition en 1568. Il vient de resurgir 450 ans plus tard, dans le Connecticut aux Etats-Unis ! Il a été racheté aux enchères par le département pour les archives de l'Aisne.

Ce manuscrit de 18 lignes de texte en latin écrit sous le règne de Philippe Auguste avait donc été volé en 1568. En pleine guerre de religions, des bandes d'iconoclastes protestants s'en prenaient aux abbayes et à leurs archives. Leurs chartes étaient des preuves d'un droit ou d'une propriété, pouvant être produites en justice. Ces archives étaient volées afin de tenter de s'approprier les revenus qui allaient avec les terres.

La charte de Nivelon était donc une archive très précieuse que l'on croyait disparue à jamais. Mais au mois de juin dernier, Michel Sarter, le directeur des Archives départementales de l'Aisne a vent d'une information insolite. "Un chercheur franco-américain Paul Smith m'a signalé un authentique manuscrit français du moyen âge en vente sur un site d'enchères en ligne américain".

La charte bénéficiait d'une parfaite description par des experts et même d'une transcription du latin en français. "Je n'en ai pas de preuve, mais ce travail précis de transcription et de compréhension des abréviations me fait penser à une provenance universitaire", raconte le directeur des archives de l'Aisne.

"Je, N[ivelon], par la grâce de Dieu évêque de Soissons, souhaite qu'il soit connu de tous, présents et futurs que...". Dans cet acte, Nivelon confirme une concession de terre faite par Hervé de Pierrefonds et son épouse Mathilde à l'abbaye de Longpont. Si cette archive n'avait pas été volée et était restée dans les collections de l'abbaye, elle aurait certainement eu sa place aux archives départementales de l'Aisne lors de leur création après la Révolution. On ignore encore aujourd'hui par quel chemin tortueux cette charte a pu se retrouver aux Etats-Unis.

L'authenticité du document est indéniable, ce don de terres confirmé par Nivelon est corroboré dans au moins un acte du diocèse de Soissons conservé à la BNF, datant à tort la concession à 1183 au lieu de 1181. Cet été, le département de l'Aisne décide de se porter acquéreur et de soutenir les enchères jusqu'à l'emporter pour la somme de 5.000 dollars, soit 5600 euros avec les taxes et frais. Ainsi fut rétabli le chemin de l'histoire...

Liens

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie