Sondage ADN : 56% des généalogistes interrogés souhaitent faire un test

Catégorie : Nouveautés, France  |  le 21 Juin 2018 par Guillaume de Morant

Petit à petit, l'idée de l'ADN généalogique fait son chemin dans l'esprit des chercheurs d'ancêtres français. Cette discipline qui connaît un essor incroyable aux Etats-Unis commence à susciter de l'intérêt en France, comme le prouve le premier sondage sur le sujet, lancé par Généanet auprès de ses utilisateurs du 19 au 31 mai 2018.

Premier enseignement de cette enquête "Les Français et les recherches ADN généalogiques", plus de 56% des Français interrogés souhaiteraient réaliser un test ADN et cet intérêt s'envole chez les "Millennials", puisque 85% de ces personnes nées entre 1980 et 2000 (et qui ont répondu à l'enquête) envisagent de telles analyses génétiques.

Autres faits intéressants, il y a autant d’hommes que de femmes concernés dans les réponses et pour 9 Français sur 10, ces tests doivent d'être réalisés par une entreprise basée en Europe, sous le régime du RGPD, qui présente des garanties sur la protection des données personnelles. Enfin, seuls 20% des sondés n’avaient jamais entendu parler de tests ADN à visée généalogique, ce qui prouve que le phénomène n’est plus anecdotique.

Pourquoi les généalogistes veulent-ils faire des analyses génétiques ? Pour disposer de données cartographiques sur les migrations de leurs ancêtres (plus de 40%). Pour 24%, c’est la détermination de l’haplogroupe, le grand groupe génétique humain auquel ils se rattachent. Enfin, pour 26% d'entre eux, la généalogie génétique leur permettraient de comparer leurs données avec celles de potentiels cousins.

Enfin, à la question, faut-il autoriser ces tests en France, les personnes interrogées y sont majoritairement favorables (2 sur 3), si la pratique est bien encadrée. Là encore, ce sont les moins de 25 ans qui sont le plus favorables (86%) mais aussi les 26-39 ans à 81%. Les plus de 75 ans sont en majorité indécis et ne savent pas s’il faudrait les autoriser ou non (21%).

Un peu moins de 5% des répondants ont déjà effectué un test ADN et 86% de ceux qui ont fait un test recommanderaient à leurs proches de faire de même. On le voit en France, la marée monte ! Pour rappel, en France, il n'est pas interdit à un particulier de pratiquer des tests génétiques (à l'étranger), ce qui est interdit, c'est la commercialisation sur le territoire français. Ce qui explique que le marché est à présent tenu majoritairement par des laboratoires américains et anglais...

Liens

3 commentaires

Guillaume le 25 Juin 2018 à 21h45

C'est commenté sur le blog de FranceGenWeb http://www.francegenweb.org/blog/index.php?post/2018/06/25/ADN-et-G%C3%A9n%C3%A9alogie-VIIIe

Thierry CHESTIER le 22 Juin 2018 à 15h53

Bonjour.
Ce sujet sera le thème des prochaines assises de la Fédération française de généalogie le 15 décembre prochain.

Plan du site La Revue française de Généalogie