Salon britannique de généalogie : les raisons d'un succès

Catégorie : Rencontres, Royaume-Uni  |  le 02 Mars 2012 par Véronique Tison

Who do you think you are ? Live !

Who do you think you are ? Live, le grand salon britannique de la généalogie, s’est tenu le week-end dernier à Londres ( comme nous l’avions annoncé). Les chiffres de la fréquentation n’ont pas encore été publiés sur le site de la manifestation, mais de l’avis général l’édition 2012 a été un nouveau succès.

Dick Eastman, blogueur américain fidèle à ce rendez-vous, voit plusieurs raisons à ce succès :

  • La simplicité, et le fait de viser un large public de généalogistes débutants ou de niveau intermédiaire (les "masses"), sans fioritures ou dîner qui rebute le néophyte.
  • Le tarif abordable – 15 livres la journée, 30 pour les trois jours. C’est, relève-t-il, l’équivalent de 23 dollars alors qu’aux États-Unis il faut débourser 200 dollars ou plus pour des congrès généalogiques. Pour cela les organisateurs réduisent les dépenses au minimum, par exemple en ne rémunérant pas la plupart des conférenciers – qui s’y retrouvent généralement en termes de ventes de livres ou de notoriété.
  • La programmation un week-end entier, notamment le dimanche, concept impensable aux États-Unis.
  • L’aspect vendeur assumé, avec une masse de stands commerciaux à l’entrée du salon qui répondent à une réelle demande.
  • La bonne desserte du lieu par les transports en commun.
  • La promotion de l’événement, qui a aussi l’avantage d’être lié à une émission de télé populaire (certains des héros de la série de la BBC Who do you think you are ? étaient au salon pour raconter leur expérience).

On pourrait y ajouter le choix de Londres, destination plus aisée pour les nombreux visiteurs étrangers (Américains, Irlandais, Australiens, Néo-Zélandais…) qu’une ville moyenne de Grande-Bretagne.

Voilà de la matière à réflexion, "food for thought" comme disent les Anglo-Saxons.

Rendez-vous pour la prochaine édition de WDYTYA ? Live les 22-24 février 2013.

Lire aussi (blogs en anglais) :

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie