Généalogistes, ce qu'il ne fallait pas manquer cet été !

Catégorie : Nouveautés, France  |  le 02 Septembre 2013 par Guillaume de Morant

En généalogie, c'est curieux comme l'été foisonne de nouveautés, d'informations et d'actualités. A l'heure où beaucoup de services d'archives ferment leurs salles de lecture, ce sont les nouvelles technologies qui prennent le relais. En cet été 2013, la généalogie derrière les écrans a été particulièrement soignée.

Ainsi, les Normands peuvent désormais rechercher leurs ancêtres sur une décennie supplémentaire sur le portail des archives de la Seine-Maritime, avec l'état civil accessible jusqu'à 1912, parfois 1935, tout comme les habitants de l'Eure et les Vendéens. L'état civil d'Algérie a gagné lui, deux années supplémentaires. Les Corses taquinent l'état civil de Porto-Vecchio qui est désormais en ligne, tandis que les généalogistes d'Indre-et-Loire exhument leurs aïeux (des registres de l'état civil bien sûr), mais seulement en partie. Pour les périodes plus anciennes, justement, la Moselle a complété ses paroissiaux en ligne, l'état civil du Lot est désormais au complet.

Du côté des lancements, l'état civil de la Réunion est en ligne sur le site des Archives d'Outre-Mer, les premiers registres matricules sont apparus sur le portail des archives de la Manche, des cartes postales inédites ont été publiées sur Internet par les archives du Cher. A Toulouse, les recensements sont en ligne et à Tours sur le portail des archives d'Indre-et-Loire, vous pouvez vous entraîner à la paléographie sur le module dédié aux exercices de lecture d'écritures anciennes qui a été enrichi. Et si vos aïeux étaient aux colonies, sachez que la presse coloniale est consultable sur Gallica.

L'été 2013 a également signé des avancées techniques avec l'apparition de nouveaux outils de recherche. Le site Internet des archives du Var a été entièrement refondu, comme celui de l'Eure-et-Loir. Aux Archives d'Outre-Mer, c'est l'IREL, l'interface de consultation des actes en ligne qui a été repensée, tandis que l'éditeur Arkothèque a lancé sa nouvelle visionneuse, en service dans le Var et bientôt dans les autres départements utilisant cette solution d'affichage des actes sur le Web. Au fait, puisqu'on parle de la généalogie dématérialisée, avez-vous testé la demande d'acte d'état civil en ligne ?

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie