Quelques principes à connaître

Avec les conseils de Jean-Louis Beaucarnot, conseiller à la rédaction de La Revue française de Généalogie.

La mémoire familiale est généralement courte et peu fiable : elle peut se tromper ou avoir involontairement déformé certains souvenirs. On se méfiera aussi de certaines « légendes » (on aurait des ancêtres nobles ; on aurait perdu une particule ; la famille serait d'origine étrangère), qui peuvent induire en erreur et que les recherches feront souvent tomber.

Jusqu'au début du XXe siècle, les noms de famille n'avaient pas d'orthographe : dans un seul et même acte, une même personne pouvait voir le sien orthographié de deux à trois façons différentes : Dupont et Dupont ; Houdard et Oudart ; Delaplace, Laplace et Place… Vous pouvez donc parfaitement être cousin proche avec un homonyme, dont le nom s'orthographie différemment du vôtre !

Ni la particule ni le blason ne sont des preuves de noblesse :

  • bien des familles nobles n'ont jamais eu de particules,
  • la plupart des familles aisées ajoutaient autrefois à leur nom celui d'une terre, relié par la préposition « de », sans pour autant avoir été anoblies,
  • sous Louis XIV, on avait enregistré des blasons pour la plupart des familles aisées.

Plan du site La Revue française de Généalogie