Archives de la Manche : les premiers registres matricules en ligne

Catégorie : Archives, Manche  |  le 07 Août 2013 par Guillaume de Morant

Depuis le début de l'été 2013, le portail des archives de la Manche accueille ses premiers registres matricules militaires. Les registres de recrutement militaires, dits registres matricules, sont l'une des principales sources pour connaître le parcours militaire des Français du XIXe et du XXe siècle, donc ici, des jeunes normands de la Manche. Pour le département, les registres matricules débutent en 1867. Ils donnent le détail des services accomplis par chaque homme, en dehors des officiers, jusqu’à sa libération définitive des obligations militaires, ce que l'on appelle un état signalétique et des services.

Ces registres ont un intérêt considérable car ils mentionnent les nom, prénoms, filiation et qualité du conscrit, des renseignements sur son physique, ses campagnes militaires, ses blessures, ses décorations ou condamnations, ainsi que ses adresses successives dans sa période de réserviste. Pour la période antérieure, il existe d'autres registres qui ne concernent qu'une partie des jeunes gens : les registres de la Garde nationale. Dans la Manche, ces registres du contingent départemental de la garde nationale mobile sont conservés pour les années 1864 à 1866.

Attention, seuls, les registres du contingent départemental de la garde nationale mobile, les registres des classes 1867 à 1871 et la majeure partie des répertoires alphabétiques ont été numérisés et sont accessibles sur le moteur de recherche. La bascule "en ligne-pas en ligne" s'établit donc à 1871. Après 1871, le portail des archives vous servira simplement à repérer le matricule du conscrit et le numéro de volume dans lequel se situe sa fiche matriculaire. Ensuite, direction la salle de lecture de Saint-Lô pour consulter les informations concernant votre ancêtre.

Outre les registres matricules, le portail des archives de la Manche se dote d'un nouveau fonds en ligne, le fonds photographique Gustave Chain. Ce chimiste né en 1876 fut, tout au long de sa vie, passionné par la photographie et ses progrès techniques. Il réalisa de nombreux clichés lors de ses voyages en France et à l'étranger, des photographies familiales, mais surtout 497 autochromes. Dans ces ancêtres de la photo en couleur figurent des images de certains bourgs de la Manche et de la Bretagne au tout début du XXe siècle.

Liens

1 commentaire

Daniel PANIER le 2 Septembre 2013 à 12h09

Je connais de la famille dans la Manche: Coutances et Percy.

Plan du site La Revue française de Généalogie