Indre-et-Loire : dernières étapes avant le grand changement

Catégorie : Archives, Indre-et-Loire  |  le 19 Avril 2017 par Guillaume de Morant

Et si avant d'examiner ce qui ne fonctionne pas -ou n'a pas fonctionné ces dernières jours- on se penchait sur les nouveautés présentées par le site des Archives de l'Indre-et-Loire ? Les plus attentifs d'entre vous l'ont peut-être noté, deux nouveaux fonds ont fait leur apparition sur ce déjà riche portail : le contrôle des actes et les cartes de combattants de la Première guerre mondiale. Deux fonds qui vont permettre d'avancer encore plus en profondeur dans la recherche historique et personnelle et peut-être de raccrocher de nouveaux rameaux à vos arbres tourangeaux.

Mais c'est vrai, ces derniers jours, le portail n'était pas particulièrement opérationnel. La directrice Lydiane Gueit-Montchal s'en explique : "Nous avons changé intégralement notre outil (gestion et portail), ce qui représente 600.000 cotes, deux sites récolés, cinq millions d’images, trois ans d’historiques de lecteurs et de leurs communications, et un ensemble de descriptions documentaires très important, construit sur notre ancien outil Gaia".

Ces changements sont le préalable à la refonte totale du portail dont la publication est prévue "à la rentrée prochaine". Malgré le long travail préparatoire au transfert, plusieurs bugs, non identifiables en amont sont apparus. Les images numérisées n’étaient pas rangées dans l’ordre, ce qui donnait aux internautes l’impression qu’il manquait des images. Ce problème a été résolu. A présent, toutes les images sont dans l’ordre.

Second problème, les temps de chargement des images étaient anormalement longs. Le prestataire a commencé à améliorer la situation -liée à la visionneuse- et va essayer de l’améliorer encore en installant une version un peu plus récente.

Enfin, le dernier problème plus complexe à traiter est lié aux liens des cotes figurant dans la base de données. En raison d'une mauvaise interprétation du système, le nombre de résultats lors de l’interrogation, pour une commune donnée, donne des résultats aberrants. "Par exemple au lieu de 70 registres en réponses vous en obtenez 240, dont certains en 6 ou 7 exemplaires et d’autres qui n’apparaissent pas du tout. Ce problème est en cours de résolution", assure la directrice, dans un souhait de transparence apprécié des internautes.

"Nous sommes parfaitement conscients de ces désagréments pour les internautes et travaillons d’arrache-pied avec notre prestataire pour les résoudre. Nous avons aussi de notre côté beaucoup de réactions, mais des outils comme celui-ci sont très complexes, ils embarquent 20 ans de données et plus de 5 millions d’images, le transfert sur un nouvel environnement constitue toujours un risque", explique t-elle.

Liens

Il n'y a pas de commentaire

Plan du site La Revue française de Généalogie