La généalogie du président Trump

Catégorie : Célébrités, Etats-Unis  |  le 09 Novembre 2016 par Jean-Louis Beaucarnot

Donald Trump

Né en 1946, le nouveau président des Etats-Unis est issu de familles récemment implantées dans le pays. Seul son père y avait vu le jour. Sa mère et ses quatre grands-parents tous nés en Europe.

La généalogie de Donald Trump, en trois points :

♦ le patronyme :

Si en anglais, trump désigne l’atout, on a ici un patronyme allemand, issu d’un ancien terme de moyen haut-allemand – plus anciennement Trumpf – et ayant le sens de tambour. Surnom hérité d’un lointain ancêtre joueur de tambour), même si le nom a pu autrefois souvent osciller entre les formes Trumpf et Drumpf.

♦ la branche paternelle : Les Trump sont allemands. Les grands-parents de l’homme d’affaire étaient natifs de Kallstadt, un vieux bourg du Palatinat, où ils étaient arrivés dans les années 1820, ayant leur berceau dans la localité voisine de Bobenheim-am-Berg, où des généalogistes les remontent jusqu’en 1660.

Son grand-père, Friederich Trump, parti à seize ans, vers 1885, aux Etats-Unis, a d’abord travaillé à New-York comme barbier, avant de s’aventurer vers l’ouest, au moment de la ruée vers l’or du Klondike, où il fera fortune avec des saloons souvent peu fréquentables, où aventuriers et nouveaux riches pouvaient trouver de l’alcool, mais aussi de l’opium… et des filles.

♦ la branche maternelle : sa mère, Mary Ann McLeod était une Écossaise ayant ses racines dans l’île de Lewis, berceau de l’industrie du tweed (ancêtres humbles crofters, petits paysans disposant de quelques ares de terre). Lorsque l’on pousse les recherches un peu loin, on découvre que par ces modestes Écossais, il descend plusieurs fois par les femmes de l’ancienne maison des Stuarts, et compte pour aïeul le roi Jacques Ier (1394-1437), marié à une arrière petite-fille du Prince Noir, qui le fait donc descendre des anciens rois d’Angleterre et de toutes les familles royales de la vieille Europe, y compris de nos rois de France. Il descend ainsi de la reine Isabelle d’Angleterre, fille de notre roi Philippe-le-Bel et surnommée la "Louve de France" et dont descendent également sa rivale Hillary Clinton et Barack Obama.

Voir un bel arbre généalogique, établi par Tim Dowling, et en ligne sur Gene@star.

Lire aussi :

Image par Gage Skidmore, CC BY-SA 3.0

2 commentaires

Iseult le 13 Novembre 2016 à 14h49

"Il en dégringole..." Pardonnez la subtilité, elle m'est incompréhensible. La démocratie a parlé, n'en déplaisent à ceux de la pensée unique.

Mahaut Marie-Claude le 12 Novembre 2016 à 15h03

Il ne descend pas des Stuarts, il en "dégringole" comme aurait dit Gyp, jadis! Il regardera un peu vers l'Allemagne, plus vers l'Ecosse, vers la Slovénie du chef de sa dernière épouse et pas
du tout vers la France,pays insignifiant vu de la Maison Blanche (tout de même bâtie sur le château de la Bachellerie.

Plan du site La Revue française de Généalogie