Quand vos recherches personnelles font le profit d'Ancestry

Catégorie : Médias Web  |  le 20 Janvier 2011 par Pierre-Valéry Archassal

On n'arrête pas de vous le répéter : il faut toujours lire entre les lignes ! Ancestry, comme d'autres sites Internet, propose aux généalogistes de mettre en ligne leur arbre familial. Quelle ne fut pas ma surprise, à la lecture du Contrat de soumission, d'y trouver de surprenantes révélations sur la politique du site.

"Ancestry peut reproduire, compiler, et distribuer toutes les informations concernant les individus défunts figurant dans le ficher Gedcom que vous avez soumis." Autrement dit, faites les recherches à titre personnel, Ancestry les vendra pour augmenter ses bénéfices. De plus, la notion "d'individus défunts" est très floue. Si l'on peut imaginer qu'une personne née en 1743 doit être aujourd'hui décédée, il n'en n'est pas de même des proches ancêtres et cousins, nés après 1890. Or, si vous n'avez pas retrouvé l'acte de décès de ceux-ci, comment savoir s'ils sont encore en vie ou déjà morts ? Ancestry ne commercialiserait-il que les fiches des ancêtres où figure le décès ? À l'inverse, imaginons que votre père soit décédé à 30 ans en 1980. Né en 1950, les informations personnelles le concernant sont donc protégées par la loi. Comme il est toutefois défunt, Ancestry s'autorise-t-il le droit de vendre ces données selon sa charte ?

"Ancestry prendra toutes les mesures raisonnables pour cacher toute information se rapportant aux individus en vie (sauf le nom de famille) avant de reproduire, compiler et distribuer le fichier Gedcom que vous aurez soumis." Là encore, le flou est de rigueur ! Qui peut dire ce que sont des "mesures raisonnables" ? Au regard de la loi, il n'y a qu'une mesure : celle des 75 ans de protection de l'état civil.

"Si vous choisissez de ne pas rendre votre arbre public, Ancestry permettra aux autres de rechercher votre arbre pour déterminer s'il y a dans votre arbre, d'éventuelles concordances avec leur recherche." En décodant cette clause, on comprend aisément que si vous refusez de rendre public votre arbre, Ancestry le fera, d'une certaine façon, pour vous. Inutile donc d'essayer de masquer des individus, si vous les joignez à votre Gedcom, chacun pourra les retrouver en croisant ses recherches avec la base globale (même si le détail des données ne le sera pas communiqué).

Toutes ces conditions (que vous êtes obligé d'accepter si vous soumettez votre fichier) ont pour but d'augmenter le volume des bases d'Ancestry, actuellement challenger des sites généalogiques commerciaux en France. Comme pour la plupart des portails généalogiques sur le marché, elles permettent d'augmenter l'audience et de vendre plus d'abonnements, voire de fichiers compilés complets, au bénéfice unilatéral du site car le contrat de soumission le rappelle : "Vous acceptez que soumettre votre fichier Gedcom à Ancestry.com ne vous donne aucun droit de compensation, monétaire ou autre."

N'oubliez donc jamais, lorsque vous voulez partager vos recherches sur Internet, de bien lire les conditions d'utilisation de n'importe quel site avant d'envoyer votre Gedcom. Car après le clic, il est trop tard.

Lire aussi : Des conditions d'utilisation revues pour GeneaNet

7 commentaires

Michel le 5 Mars 2013 à 10h00

Il y a aussi Genealogie.com qui procède de même. Ils ont mis mes enfants en ligne sans aucune autorisation et après plusieurs emails, je n'arrive pas à les faire enlever !!!.
Moi-même et/ou mes enfants ne se sont jamais mis sur ce site

Richard le 10 Janvier 2013 à 17h19

Et si vous êtes vraiment furax contre ces vendeurs de données, envoyez des données bidons. A la longue les généalogistes abandonneront ces sites.

Plan du site La Revue française de Généalogie