Au XVIIIe siècle, un Français a transmis une maladie génétique en Afrique du Sud

Catégorie : Nouveautés  |  le 31 Juillet 2017 par Guillaume de Morant

C'est une histoire étonnante que nous raconte deux généticiennes sud-africaines de l'Université de Witwatersrand : elles ont découvert l'origine d'une rare maladie de peau qui affecte des milliers d'afrikaners, ces descendants de colons européens. Tous ont en commun un ancêtre français, François "Renier" Duminy, né en Bretagne en 1747 et qui est probablement le premier porteur de cette maladie en Afrique du Sud.

Michèle Ramsay et Thandiswa Ngcungcu en sont certaines, cet aventurier français a transmis à sa descendance en Afrique du Sud l'érythème kératolytique hivernal (EKH), une maladie génétique de la peau qui touche uniquement la paume des mains et la plante des pieds. Cette affection, très rare en France, a pourtant été introduite au XVIIIe siècle en Afrique du Sud… par ce navigateur breton. Elle touche un Afrikaner sur 7.200 et également une personne sur 90.000 au sein de la population métisse en Afrique du Sud.

Les deux scientifiques travaillent sur le sujet depuis plusieurs années, afin de mieux connaître cette maladie et découvrir comment la soigner, car pour l'instant on ne connaît pas de traitement. Mais c'est par la généalogie qu'une porte s'est ouverte vers une meilleure connaissance de la maladie. Une recherche parmi les ancêtres des familles concernées a été menée dans les années 1980 par le dermatologue Peter Hull. Celui-ci a remonté l'ascendance de ses patients jusqu’à un navigateur français, le capitaine François Renier Duminy, qui s’était installé dans le pays à la fin du XVIIIe siècle. Il a montré que tous les malades étaient ses descendants !

François Renier Duminy (en réalité "François René", mais les anglo-saxons ont du mal avec nos accents), est né à Lorient (Morbihan) le 4 octobre 1747 de parents inconnus, comme l'atteste son acte de baptême retrouvé par nos soins sur les registres des archives en ligne du Morbihan. Celui-ci aurait été recueilli peu après sa naissance, par Antoine Lebre (sans doute Lebré ?) Duminy, un marin qui aurait donné à son fils adoptif le goût de la mer, de l'aventure et des voyages.

On retrouve ainsi François René au sein de la Compagnie française des Indes orientales, puis sous le prénom de François Renier, comme agent commercial indépendant, installé au cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud. Il a transmis sa maladie à au moins six enfants de ses enfants, nés de son légitime mariage en 1777 avec Johanna Margaretha Nötlingh, sauf un, illégitime. De plus récentes recherches ont montré que tous les Sud-Africains atteints d’EKH descendent de Renier Duminy. Une bonne connaissance de la transmission d'une maladie génétique, c'est un premier pas vers un futur traitement, assurent nos deux chercheuses qui ont découvert la mutation responsable de la maladie.

Liens

1 commentaire

Cendrine le 1 Août 2017 à 10h47

Mais si l'on en croit les explications de Michèle Ramsay et Thandiswa Ngcungcu, seuls les enfants qu'il a eu avec son épouse sont atteints et pas son enfant illégitime qui est aussi son enfant biologique.
Du coup, et si ce n'était pas lui qui était malade mais son épouse !!!
Cela expliquerait pourquoi son enfant illégitime n'était pas atteint.
Car je rappelle que les enfants ne sont pas seulement les enfants de leur père mais aussi de leur mère.
il faudrait identifier la famille de son épouse et voir si de son côté, (par une éventuelle fratrie), il y a aurait aussi des malades mais ailleurs qu'en Afrique du Sud.

Plan du site La Revue française de Généalogie