Archives du Gers, premier lot d'état civil en ligne

Catégorie : Archives, Gers  |  le 21 Décembre 2018 par Guillaume de Morant

Les Archives du Gers ont mis en ligne les registres des communes de l'arrondissement de Lombez allant de 1843 à 1912. Il s'agit du premier lot de registres d'états-civils numérisés du service d'archives gersois, l'un des derniers départements à proposer ce type de ressources sur Internet. Il faut dire que la numérisation a seulement commencé en avril 2017, grâce à un partenariat conclu avec FamilySearch International, le portail des Mormons.

Les tables décennales de la période comprise entre 1792 et 1932 ont été publiées fin octobre. Ces tables répertorient, par période de dix ans, l’ensemble des actes de naissance, de mariage et de décès des différentes communes gersoises. Elles permettent ainsi d‘identifier les actes transcrits dans les registres d’état civil, qui eux, pour l'instant restent uniquement consultables en salle de lecture (sauf l'arrondissement de Lombez qui est donc en ligne).

Parallèlement, il y a eu l'indexation des fiches matricules des conscrits recrutés entre 1887 et 1921. Les noms de 56.000 Poilus ont été indexés, permettant une recherche à partir du nom, du prénom, de la date et du lieu de naissance. Les Poilus du Gers sont également disponibles sur le portail national du « Grand Mémorial » qui rend hommage aux soldats de la Grande Guerre.

Le programme de la mise en ligne des actes d'état civil s'étale sur 5 ans jusqu'en 2022. Les années 1843 à 1912 sont progressivement publiées arrondissement par arrondissement jusqu'en décembre 2019. Entre 2020 et 2021, ce seront les registres de la période allant de 1792 à 1842. Enfin, les registres paroissiaux seront consultables à l’horizon 2021-2022.

Liens

1 commentaire

Cyrille Ripoche le 23 Décembre 2018 à 10h51

Bonjour,
Je viens de recevoir une lettre de diffusion du site www.brozer.fr, qui m'informe que l'identification n'est plus systématiquement obligatoire. Les registres d'état-civil du Gard (mais non les tables décennales) sont donc, pour une large part des communes voire toutes (?), librement consultables par toutes et tous sans la moindre formalité préalable.

Plan du site La Revue française de Généalogie